Le contact entre les élèves et les enseignants est essentiel, selon un sondage du Yukon

Les élèves du Yukon seront physiquement de retour en classe à la rentrée du 20 août. (Getty Images/iStockPhoto/ Pinstock)
Le gouvernement du Yukon a publié les résultats d’un sondage en amont de la divulgation prévue mercredi des plans de retour en classe des écoles.

Les données recueillies par le ministère de l’Éducation donnent un aperçu de l’expérience des classes virtuelles au cours des derniers mois d’école le printemps dernier.

Grande conclusion : la grande majorité des 2383 répondants a noté un sentiment d’isolement, que ce soit des camarades ou des collègues.

Selon les réponses du questionnaire, les élèves ont souffert dans 84 % des cas de ne pas voir leurs camarades de classe. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Le questionnaire préparé par le territoire a été rempli en ligne ou par téléphone par 1944 parents, 231 élèves surtout du secondaire et 208 enseignants essentiellement en milieu urbain entre le 15 et le 22 juillet derniers.

La sous-ministre à l’Éducation, Nicole Morgan, affirme prendre bonne note de ces résultats.

« L’une des premières [constatations] les plus importantes était l’importance de temps passé face à face avec les enseignants et le personnel de l’école. Nous avons entendu cette perspective de façon très claire. Ainsi, dans le cadre de cette relation du besoin pour plus de communication continue. » Nicole Morgan, sous-ministre de l'Éducation du Yukon

Une conclusion qui n’est pas passée inaperçue auprès de Ted Huppé, le nouveau président de l’Association des enseignants du Yukon : « Tant les parents que les élèves ont indiqué à quel point la rétroaction des enseignants était importante et combien ils s’ennuyaient de cette relation en personne. »

Les enseignants ont également fait part de leurs préoccupations avec 68 % des répondants ayant trouvé l’enseignement en ligne difficile par rapport aux classes en personne.

Les élèves « mal préparés »

Selon les données publiées par le territoire, 57 % des élèves participants font état d’un manque de progrès scolaires pendant ces derniers mois d’école au point où, dans 44 % des cas, ils ne sentent pas prêts pour la prochaine année scolaire.

L’accès à la technologie informatique n’a pas toutefois été un défi de taille dans la majorité des cas, 94 % des élèves et des parents sondés affirmant avoir accès à l’Internet, et environ 60 %, à un ordinateur personnel ou partagé à la maison.

Les élèves de nombreuses provinces ont dû s’ajuster à suivre leurs classes de la maison. (Radio-Canada)

Le recours aux classes de type Zoom était de loin l’outil le plus apprécié chez 78 % des enseignants interrogés, mais chez les élèves, ce sont plutôt les courriels qui ont obtenu la meilleure note dans 54 % des réponses.

Les élèves et les parents répondants ont par ailleurs des réserves quant au trop grand nombre d’outils virtuels utilisés.

À noter que la majorité des parents répondants étaient ceux d’enfants d’âge primaire dans la capitale, alors que les élèves étaient davantage de niveau secondaire, dans la capitale également.

Utilité des résultats

Le gouvernement du Yukon a déjà annoncé les règles sanitaires qui doivent encadrer le retour en classe. Les plans de mise en oeuvre de chacune des écoles sont désormais attendus.

Il est ainsi prévu que les élèves de la maternelle à la 9e année passent des journées complètes dans les écoles à compter du 20 août, alors que ceux de Whitehorse de la 10e à la 12e année n’y passeront que des demi-journées, l’autre moitié étant réservée à l’étude à la maison ou en ligne.

Dans les collectivités rurales, tous les élèves pourront profiter des classes en personne.

La fermeture brutale des école pèse sur le moral de certains enseignants. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

La sous-ministre Nicole Morgan reconnaît les préoccupations que suscitent ces règles. Elle souligne néanmoins le point dans le questionnaire indiquant que les familles souhaitent que se poursuive en partie l’utilisation d’outils en ligne pour accroître les compétences des élèves.

« Nous n’obligeons pas l’enseignement en ligne pour les élèves à ce moment-ci. […] Il pourrait, ou pas, y avoir recours à des outils numériques et, si c’est le cas, il pourra y avoir un accès à Internet dans les salles d’étude accessibles. »Nicole Morgan

La sous-ministre affirme par ailleurs que, bien que les plans soient déjà élaborés, les résultats du questionnaire seront utiles pour la prise de décision des administrateurs au sein même du ministère ainsi que dans les écoles de façon par exemple à trouver « le meilleur équilibre » entre le recours aux outils électroniques ou au papier.

Avec les informations de Laura Howells

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *