Ecoles francophones dans les Territoires du Nord-Ouest: les parents ont gain de cause

L’École Allain St-Cyr est l’école francophone de Yellowknife. (Mario de Ciccio/Radio-Canada)
Le juge Paul Rouleau, de la Cour suprême des Territoires du Nord-Ouest, a conclu que l’ancienne ministre de l’Éducation, aujourd’hui première ministre, Caroline Cochrane, a commis plusieurs erreurs en refusant l’admission de six enfants dans des écoles francophones du territoire l’été dernier.

Le juge donne ainsi gain de cause aux cinq familles non-ayants droit et à la Commission scolaire francophone des T.N.-O. (CSFTNO) et renvoie les demandes d’admission sur le bureau du nouveau ministre de l’Éducation, R.J. Simpson, pour une nouvelle évaluation.

Un ayant droit est une personne qui a un droit constitutionnel à l’école française, en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Dans son jugement, le juge Paul Rouleau conclut que la ministre a basé ses décisions sur des considérations illogiques, sur une analyse irrationnelle et sur des motifs qui ne démontrent pas un respect proportionnel de l’article 23 de la Charte des droits et libertés.

« En résumé, je conclus que les décisions de la ministre sont déraisonnables. »Paul Rouleau, juge de la Cour suprême des T.N.-O.

C’est une décision similaire à celle qu’il avait prise l’an dernier après la première demande de révision judiciaire de l’un des cinq cas.

Une « analyse irrationnelle »

Dans ses décisions, la ministre avait indiqué que les particularités des six demandes ne justifiaient pas les coûts supplémentaires qu’auraient entraînés les admissions des enfants.

Elle avait aussi cité une hausse des admissions dans les écoles francophones et la croissance démographique de la communauté francophone pour justifier qu’elle n’avait pas à admettre ces élèves non-ayants droit.

Cependant, le juge Rouleau a convenu que la ministre avait basé son analyse des taux d’inscription sur des statistiques arbitraires et erronées et qu’elle n’avait pas pris en compte les forts taux d’assimilation dans la communauté francophone.

Caroline Cochrane est la première ministre des Territoires du Nord-Ouest depuis son élection en octobre. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« La manière dont elle a évalué les données a dissimulé une diminution des inscriptions dans les écoles de la CSFTNO depuis 2014 et a diminué l’importance des défis continuels à l’épanouissement auxquels la communauté minoritaire doit faire face. »Paul Rouleau

Il indique aussi que la ministre a surestimé les coûts additionnels que l’admission de ces non-ayants droit aurait sur le système d’éducation.

Le juge n’ordonne pas l’admission

Le juge a toutefois refusé la demande des parents et de la CSFTNO d’ordonner au ministre d’accepter les demandes d’admission.

Leur avocat, Francis Poulin, de la firme Juristes Power, avait fait valoir que cette demande était importante pour éviter la possibilité d’un autre refus qui mènerait à d’autres demandes de révision judiciaire.

Le juge a conclu que les arguments des parents à ce sujet ne l’emportaient pas sur le pouvoir discrétionnaire du ministre.

L’École Boréale à Hay River et l’École Allain St-Cyr à Yellowknife, sont les deux écoles francophones des T.N.-O. (Mario de Ciccio/Radio-Canada)
Un nouveau contexte

Le ministre de l’Éducation, R.J. Simpson, devra donc décider, ou non, d’admettre ces enfants à l’école francophone, en prenant en compte les commentaires du juge.

Il prendra sa décision dans un tout autre contexte.

La directive qui encadrait l’admission des non-ayants droit, sur laquelle s’était basée la ministre Cochrane et qui lui donnait son pouvoir discrétionnaire, a été abolie à la fin du mois juin.

Le ministre de l’Éducation des Territoires du Nord-Ouest, R.J. Simpson, après le dépôt du rapport sur l’Éducation. (Mario de Ciccio/Radio-Canada)

Le ministre de l’Éducation a promis un nouveau règlement pour encadrer les admissions dans les écoles francophones avant la fin de l’été.

Un processus de consultation a depuis été entamé, mais le ministre a déjà annoncé son intention de rendre ce nouveau règlement plus flexible pour les familles, mais aussi d’adopter une formulation plus contraignante afin que la décision définitive ne dépende pas de sa discrétion ministérielle.

Selon les intentions du ministre, un nouveau critère ouvrant l’admission aux familles francophiles devrait faire partie de ce nouveau règlement.

En juin, le ministre avait dit que cette révision du processus d’admission n’affecterait pas les cas devant la cour.

Cela laisse entendre que les demandes de ces six enfants seront examinées selon l’ancienne directive.

Le gouvernement n’avait pas répondu à nos demandes d’entrevues avec la première ministre et avec son ministre de l’Éducation, lundi soir.

Sous l’ancienne directive, la CSFTNO devait évaluer et approuver une demande d’admission de parents non-ayants droit avant de la recommander au ministre de l’Éducation. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
La CSFTNO ravie

La CSFTNO s’est dite ravie de ce jugement de la Cour suprême.

Selon son président, Simon Cloutier, ce jugement arrive à un moment opportun puisque le ministère de l’Éducation est en train de revoir sa directive.

« Cette décision confirme que le ministre se doit d’assouplir l’approche du ministère concernant les admissions. Nous espérons pouvoir en discuter avec lui dans les prochaines semaines pour élaborer un nouveau régime qui sera plus axé sur l’appui à nos écoles et notre communauté. »Simon Cloutier, président de la CSFTNO

Cette décision confirme que le ministre se doit d’assouplir l’approche du ministère concernant les admissions, indique Simon Cloutier. Nous espérons pouvoir en discuter avec lui dans les prochaines semaines pour élaborer un nouveau régime qui sera plus axé sur l’appui à nos écoles et notre communauté.

Le gouvernement n’avait pas répondu à nos demandes d’entrevue avec la première ministre et avec son ministre de l’Éducation au moment de la publication de ce texte.

Simon Cloutier dit aussi espérer une décision rapide du ministre. L’an dernier, la première ministre Caroline Cochrane avait attendu jusqu’à la dernière journée des vacances d’été avant d’annoncer son refus.

« Ces familles-là ont déjà assez attendu et assez perdu de temps avec ça. On a espoir que le ministre va prendre les bonnes décisions, mais va aussi les prendre le plus rapidement possible, pour mettre fin à ce dossier-là. »Simon Cloutier
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *