S’inspirer d’une serre dans l’Arctique pour s’alimenter dans l’espace

La capsule agricole Naurvik, de l’Arctic Research Foundation, est alimentée par l’énergie éolienne et solaire. L’Agence spatiale canadienne compte s’inspirer du projet pour approfondir ses recherches sur la production alimentaire dans l’espace. (Thomas Surian)

L’Agence spatiale canadienne travaillera bientôt avec la communauté de Gjoa Haven, au Nunavut, sur son initiative de serre hydroponique pour évaluer les possibilités de cultiver des aliments frais dans l’espace.

Grâce à la serre Naurvik, un terme en inuinnaqtun qui signifie « lieu de croissance/l’endroit qui pousse », des chercheurs de l’organisme à but non lucratif Arctic Research Foundation cultivent depuis plusieurs mois des aliments grâce à des conteneurs maritimes convertis en serres et alimentés par l’énergie solaire et éolienne.

L’Agence spatiale canadienne espère élaborer un programme de recherche qui s’intéresse aux liens entre l’agriculture nordique et spatiale.

« Nous voulons que le projet du Nunavut puisse s’inspirer de l’exploration et de la technologie de l’espace », explique Matthew Bamsey, un ingénieur de l’Agence spatiale canadienne qui est impliqué dans le projet.

« [L’idée] est vraiment de maximiser la quantité d’aliments que nous pouvons produire avec des ressources limitées », ajoute Matthew Bamsey. Les conditions environnementales de Gjoa Haven enrichiront les connaissances des chercheurs quant au potentiel d’agriculture dans l’espace.

« Il y a beaucoup à apprendre sur le lien entre l’agriculture sur le sol et dans l’espace. »Matthew Bamsey, ingénieur, Agence spatiale canadienne

L’agence fédérale compte former des résidents de Gjoa Haven pour qu’ils contribuent aux recherches. Matthew Bamsew explique qu’ils pourraient ainsi se charger des opérations dans la serre durant l’année, ou encore apprendre les rudiments de la science spatiale.

Les premières formations doivent débuter d’ici quelques mois.

Betty Kogvik, l’une des techniciennes de la serre, récolte les laitues qui ont poussé dans la station de recherche Naurvik, à Gjoa Haven. (The Arctic Research Foundation)
Renforcer la sécurité alimentaire

L’Agence spatiale canadienne s’intéresse de plus en plus à la production alimentaire, un engouement qui fait suite à son dernier plan stratégique adopté en 2019, explique Matthew Bramsey.

« Le gouvernement du Canada compte explorer différentes manières de renforcer la sécurité alimentaire au pays, dont celle du Nord, tout en mettant à profit les leçons apprises pour aider des astronautes à cultiver des aliments. »Matthew Bamsey

Même si la production générée par la serre hydroponique de Gjoa Haven demeure limitée, l’objectif à long à terme est de fournir des aliments frais à des communautés du Nord et de créer des emplois.

Gjoa Haven n’est pas la seule communauté de l’Arctique canadien à avoir mis sur pied une telle initiative. Au Nunavik, la communauté de Kuujjuaq récolte, elle aussi, des fruits et des légumes frais dans un conteneur, celui-ci alimenté grâce à la combustion de matières résiduelles.

Avec les informations de Beth Brown

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *