Une organisation inuit veut faire pression sur l’industrie minière au Nunavut

La mine Mary River, sur l’île de Baffin, divise les communautés du Nunavut. Toutefois, une nouvelle association inuit sans but lucratif espère en tirer profit aussi. (Thyssenkrupp Industrial Solutions)
Une nouvelle organisation à but non lucratif dirigée par des Inuit dans la région nordique de Qikiqtaaluk, au Nunavut, veut s’assurer que ses sept communautés membres bénéficient de l’industrie de la région, notamment dans l’aviation, les pêches et les mines.

L’Association du Nord de Baffin, ou Qikiqtaaluk Uangnangani Katujjiqatigiit en inuktut, déclare qu’elle a été formée à la fin de 2020 « après des années de coordination ».

Pour ce faire, l’association dit qu’elle va créer sa propre branche commerciale distincte.

« Nous sommes très heureux et fiers d’annoncer à nos membres qu’une organisation qui reflète leurs besoins a été créée pour les représenter. »Neeko Inuarak, directeur général de l’Association du Nord de Baffin

Elle représente les communautés de Resolute Bay, de Grise Fiord, d’Arctic Bay, de Pond Inlet, de Clyde River, d’Igloolik et de Sanirajak. L’organisation veut se concentrer sur le potentiel économique de la mine Mary River de la Baffinland Iron Mines Corporation, dans le nord de l’île de Baffin, près de la communauté de Pond Inlet.

Pond Inlet est une communauté d’environ 1600 habitants située dans le nord de l’île de Baffin, dans l’est du Nunavut. (Marie-Laure Josselin/Radio-Canada)

Cette création survient aussi dans un contexte de tensions concernant le projet d’expansion de la mine Mary River. La mine attend actuellement l’approbation environnementale pour doubler sa production annuelle de minerai de fer.

Les audiences publiques finales sur l’agrandissement proposé à Mary River devraient reprendre le 25 janvier à Pond Inlet, en commençant par des réunions techniques. Selon l’association, ses membres « se sentent souvent oubliés » en ce qui concerne les occasions de développement économique à la mine Mary River.

Non reliée aux autres organisations inuit régionales

Bien qu’il s’agisse d’une entreprise appartenant à des Inuit au sens de l’Accord sur le Nunavut, la North Baffin Association n’est liée à aucune organisation inuit territoriale, notamment Nunavut Tunngavik Incorporated ou la Qikiqtani Inuit Association, a confirmé le nouveau groupe dans un courriel.

Nunavut Tunngavik, l’organisation qui représente les Inuit au Nunavut, précise qu’elle n’a aucun lien avec le groupe. Selon elle, la création de toute nouvelle organisation inuite nécessiterait un « processus démocratique » et la participation de l’association inuit existante responsable de la région de Baffin, à savoir l’Association des Inuit de Qikiqtani.

Même si les groupes communautaires comme la North Baffin Association, ainsi que les hameaux et les organisations de chasseurs et de trappeurs peuvent jouer un rôle dans le lobbying pour profiter des avantages du développement, il incombe aux organisations inuit désignées de négocier avec les sociétés minières au nom des communautés, a déclaré Nunavut Tunngavik dans un courriel.

La Qikiqtani Inuit Association fait cela dans le cadre d’un accord sur les avantages pour les Inuit avec la Baffinland Iron Mines Corporation. L’Association inuit de Qikiqtani travaille, en outre, avec Baffinland pour construire un centre de formation professionnelle à Pond Inlet.

Avec les informations de Beth Brown

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.