Les équipes de vaccination mobiles du Yukon rendent hommage à deux chiens légendaires du Grand Nord canadien

L’équipe de vaccination mobile Togo à Mayo, au Yukon. (Gouvernement du Yukon)
Les deux équipes qui parcourent le Yukon depuis la mi-janvier pour vacciner tous les Yukonnais ont adopté les noms de deux chiens légendaires pour leur rendre hommage et pour revivre un grand moment de l’histoire du Grand Nord.

Balto et Togo sont les noms des chiens de l’équipe de traîneau qui a apporté le vaccin à Nome, en Alaska, pour juguler une épidémie de diphtérie en 1925.

Avant de prendre la route, en janvier, les équipes de vaccination ont voulu se donner un nom, explique Dwayne Rogowski, le chef de l’équipe Togo.

Un employé a suggéré les noms de Balto et de Togo, des chiens qui ont mené des traîneaux en relais, le seul moyen d’arriver assez rapidement à Nome, à l’époque.

« C’est une histoire du Grand Nord, et adopter leurs noms nous permet de revivre un peu ce moment historique, alors que nous livrons aussi des vaccins dans des communautés isolées », affirme le chef de l’équipe Togo.

Leonhard Seppala avec Togo et Gunnar Kassen avec Balto. (Radio-Canada)
« Mon équipe est l’équipe Togo. Togo était le chien de traîneau qui a parcouru la plus grande distance de ce relais. »Dwayne Rogowski, chef de l’équipe Togo

La deuxième équipe de vaccination mobile a été baptisée Balto en hommage au chien qui a terminé le relais de 1925 et livré les vaccins à Nome.

« Ils livraient le vaccin dans une communauté isolée, une pandémie rendait les choses difficiles, il y a beaucoup de parallèles (entre 1925 et aujourd’hui) et cela nous a attirés. »Dwayne Rogowski, chef de l’équipe Togo
L’équipe de vaccination mobile est accueillie par des résidents à son arrivée à Haines Junction. (Michael Schmidt)
L’accueil des héros

Les membres de l’équipe de vaccination mobile sont accueillis comme des rois dans chaque communauté qu’ils visitent.

Des résidents ont même illuminé le chemin vers l’hôtel lors de leur arrivée à Haines Junction.

L’équipe de vaccination mobile a été accueillie à Haines Junction, au Yukon, avec des chandelles pour illuminer le chemin. (Michael Schmidt)

Le chef d’équipe reste humble et affirme que les employés sont des fonctionnaires qui ne font que leur travail, mais qui reconnaissent qu’ils font partie d’un moment historique.

« On ne cherche pas la gloire, mais on voudrait juste que les communautés soient en sécurité et que tous puissent recommencer à se voir, en personne, sans masques, pour échanger des histoires et des boissons. »Dwayne Rogowski, chef de l’équipe Togo
La clinique de vaccination mobile à Haines Junction. (Michael Schmidt)

La vaccination de l’ensemble des résidents des communautés les plus isolées des trois territoires a commencé en janvier.

En date du 19 février, 10 627 personnes avaient reçu leur première dose du vaccin de Moderna.

Avec des informations de Claudiane Samson

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *