L’artiste inuk Laakkuluk parmi les cinq finalistes du Prix Sobey pour les arts

Laakkuluk vit à Iqaluit, au Nunavut, mais est née et a grandi à Saskatoon en Saskatchewan. (Vincent Desrosiers White Pine Pictures)

Un autre pas de franchi pour l’artiste contemporaine inuk Laakkuluk Williamson Bathory sur le chemin de la consécration au Prix Sobey pour les arts 2021.

Elle vient d’être sélectionnée dans le quintette final de ce prix remis par la Fondation du Prix Sobey et administré par le Musée des beaux-arts du Canada (MBAC).

« Le prix vise à encourager la carrière d’artistes canadiens émergents de tous âges grâce à un soutien financier », a indiqué la Fondation à l’annonce de la liste préliminaire des 25 arts retenus au début du mois de mai dernier.

Une exposition illustrant la pratique des cinq artistes finalistes se tiendra au Musée à l’automne.

« Ces cinq artistes finalistes représentent toutes les régions du Canada ainsi que la force et l’avenir de l’art contemporain », a affirmé Sasha Suda, la directrice générale du MBAC.

Les artistes venaient de l’Atlantique, du Québec, de l’Ontario, des Prairies, du Nord, de la côte ouest et du Yukon.

Laakkuluk vit à Iqaluit, au Nunavut, mais est née et a grandi à Saskatoon en Saskatchewan.

(Performance de Laakkuluk Williamson Bathory. Face à face. 2016)

Je n’aurais jamais imaginé que je serais reconnu de cette façon. Mon travail est peuplé de ma famille, de ma culture, de ma langue, de mes collaborateurs et de tous mes ancêtres, il n’y a donc pas que moi sur cette liste restreinte (de finalistes) : c’est nous tous. Je fais de l’art parce que l’expression créative est essentielle à la décolonisation et, dans ce contexte, le genre est fluide.Laakkuluk Williamson Bathory

Laakkuluk est, entre autres, performeuse, poétesse, actrice, conteuse et écrivaine. Elle pratique l’uaajeerneq, une danse masquée groenlandaise.

Le nom du grand gagnant du Prix Sobey pour les arts 2021 sera connu à l’automne. Il remportera une bourse de 100 000 $.

Les quatre autres finalistes repartiront avec 25 000 $ chacun. Et les 20 finalistes de la liste préliminaire obtiendront 10 000 $ chacun.

Samir Bendjafer, Regard sur l'Arctique

Samir Bendjafer est détenteur d'un bacalauréat en informatique de l'Université de Bab Ezzouar (Alger) et d'un diplôme en journalisme de l'Université de Montréal. En 1997, il entame sa carrière de journaliste en Algérie en pleine révolution internet dans les journaux , avant le passage au journalisme 2.0 et les médias sociaux. A partir de 2005, Il a travaillé comme correspondant de presse basé à Montréal tout en publiant régulièrement dans les médias locaux montréalais. Sa curiosité et son penchant naturel à aller au-delà des apparences sont à la base de sa passion pour le journalisme.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.