Le Grand Nord canadien adopte le code QR comme preuve vaccinale

Le Yukon a adopté le code QR comme preuve de vaccination, mais ne prévoit pas rendre sa présentation obligatoire pour l’obtention de services. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Les Yukonnais peuvent désormais obtenir une preuve vaccinale, sous la forme d’un code QR, pour faciliter leurs déplacements à l’étranger ou dans d’autres provinces.

Le nouveau code, dont la signature électronique respecte les plus récents critères de sécurité souhaités par les autorités fédérales, peut être obtenu par courriel, par la poste, au moyen d’une demande en ligne ou par téléphone.

Les résidents du territoire doivent avoir obtenu leur deuxième dose de vaccin au moins deux semaines avant d’en faire la demande et l’une de ces doses doit avoir été administrée au Yukon.

Le premier ministre Sandy Silver a affirmé que la mesure était inévitable. « Nous avons l’obligation de fournir une preuve qui a moins de chance d’être frauduleuse, qui est uniformisée à travers le Canada, donc reconnue, et c’est ce qu’on a fait », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse du gouvernement territorial sur l’état de la pandémie.

Toutefois, le gouvernement territorial n’a pas pour autant l’intention de rendre le passeport vaccinal obligatoire pour l’obtention de services.

La médecin hygiéniste en chef par intérim, Catherine Elliott, a expliqué que le taux élevé de vaccination dans le territoire ne justifiait pas une telle mesure.

« Je ne recommande pas le passeport vaccinal pour les services comme le restaurant, etc. »Catherine Elliott, médecin hygiéniste en chef par intérim

« Je vous dis que tous les services essentiels sont des services qui sont protégés pour tout le monde. On arrivera à des recommandations qui sont basées sur notre propre épidémiologie ici. Et si ça change, on vous le dira. »

Ainsi, le passeport vaccinal pourrait devenir nécessaire, ajoute l’experte, si une éclosion importante d’un variant comme celui du Delta venait à se manifester.

Une technologie sécuritaire

En séance d’information technique à destination des médias, les responsables des différents ministères engagés dans le développement du service depuis les trois derniers mois se sont faits rassurants quant aux nombreuses mesures de sécurité intégrées au code QR.

Mark Burns, responsable des Services informatiques du ministère de la Voirie et des Travaux publics, affirme qu’il est impossible d’accéder à tout le dossier médical du détenteur à partir du code. Les informations contenues ne concernent que les doses de vaccin. Le fonctionnaire ajoute que le vacciné détient le contrôle complet du partage du code.

Les responsables admettent qu’il est possible que la signature électronique du gouvernement territorial ne soit pas encore reconnue par les applications d’autres provinces ou pays, mais que ce n’est qu’une question de temps.

La carte actuelle rédigée à la main demeure par ailleurs valide pour l’instant.

Le système est basé, expliquent les responsables, sur une technologie reconnue et sa mise en œuvre au territoire est assurée par une firme informatique locale pour un montant de 30 000 $.

Lindsey Beal, responsable des Services d’information du ministère de la Santé et des Affaires sociales, explique que la mesure est devenue nécessaire après que des centaines de Yukonnais ont demandé ces derniers mois une preuve de vaccination pour des voyages.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.