Préserver l’héritage du bus d’Into the Wild

Le célèbre Bus 142 d’Into the Wild (Vers l’inconnu) arrive au campus de l’Université de l’Alaska à Fairbanks, mercredi 6 octobre 2021. (Photo : JR Ancheta / UAF).

Le fameux Bus 142, rendu célèbre par le livre Into the Wild (Vers l’inconnu) de Jon Krakauer et le film du même nom, est désormais visible au Musée du Nord de Fairbanks, en Alaska.

Pendant près d’un an, des professionnels et ingénieurs vont profiter des locaux de l’Université de l’Alaska à Fairbanks pour analyser la structure du bus. L’objectif est de le préserver en l’état afin de pouvoir le présenter au public sans risquer de le détériorer.

« Le processus de préparation du Bus 142 pour une exposition permanente est long, mais sa présence dans le bâtiment d’ingénierie permettra au public de suivre ce processus, à la fois ici à Fairbanks et en ligne », explique par voie de communiqué Angela Linn, principale responsable des collections d’ethnologie et d’histoire du musée.

Le musée prévoit d’installer une webcam pour que le public puisse suivre les travaux de conservation en ligne. L’objectif à long terme est de créer une exposition permanente autour du légendaire bus.

« Notre objectif est de faire découvrir aux visiteurs l’histoire complète du bus : son voyage vers l’Alaska, son rôle dans les derniers mois de Chris McCandless ainsi que l’intérêt du public au cours des décennies qui ont suivi sa mort. »

Angela Linn, principale responsable des collections d'ethnologie et d'histoire du musée
Un groupe d’étudiants se regroupe pour observer le Bus 142 au centre d’ingénierie, d’apprentissage et d’innovation, au campus de l’Université de l’Alaska à Fairbanks. (Photo : JR Ancheta / UAF).
Un bus connu mondialement

La renommée du Bus 142 découle de la légende de Chris McCandless, un jeune homme de 24 ans qui a été retrouvé mort dans le bus en 1992.

Retranscrite par Jon Krakauer, c’est l’histoire d’un jeune homme qui, après avoir obtenu son diplôme universitaire, décide d’échapper à la société et à son matérialisme pour trouver le sens de la vie. Une quête qui le conduit au fin fond de l’Alaska, où il finit ses jours.

Le roman et son adaptation cinématographique ont inspiré de nombreuses personnes à travers le monde. À tel point que le site isolé au nord du parc Denali, où se trouvait le bus, est devenu une destination de prédilection pour les adeptes de l’œuvre.

Depuis 1961, le bus originaire de Fairbanks servait d’abri aux chasseurs et aux randonneurs.

Les autorités américaines ont sorti le Bus 142 de son isolement en utilisant un hélicoptère afin d’éviter que d’autres randonneurs ne risquent leur vie pour se rendre sur le lieu (Photo : Département des ressources naturelles de l’Alaska / Reuters).

Mais le Bus 142 était loin d’être facile d’accès et ils ont été nombreux à se blesser ou même à perdre la vie en tentant de s’y rendre. Une situation qui a amené le ministère des Ressources naturelles de l’Alaska à retirer le bus de la piste Stampede en juin 2020.

Trois mois plus tard, le bus est arrivé dans une installation de stockage à Fairbanks, où le personnel du musée a commencé ses travaux de conservation.

Mettre en avant l’histoire du Bus 142

Durant les mois d’hiver à venir, les équipes du musée vont photographier et scanner l’intégralité du bus. L’objectif est de créer une structure pour soutenir le châssis du véhicule.

Au printemps, le musée travaillera conjointement avec des étudiants en ingénierie de l’Université de l’Alaska afin de concevoir et fabriquer une enveloppe de protection pour le bus.

Cette dernière sera nécessaire pour pouvoir exposer le véhicule de plus 75 ans en extérieur, sur le campus de l’université.

L’objectif est de créer une structure pour soutenir le châssis du véhicule. (Photo : JR Ancheta / UAF).

L’année prochaine, des spécialistes en conservation de véhicules historiques prépareront le bus pour l’exposition, un processus qui implique des réparations et un nettoyage, ainsi que des travaux de préservation.

Si tout se déroule comme prévu et que les fonds nécessaires arrivent à être levés, l’exposition devrait ouvrir ses portes en 2023.

Mathiew Leiser, Regard sur l'Arctique

Né dans le sud de la France d'une mère anglaise et d'un père français, Mathiew Leiser a parcouru le monde dès son plus jeune âge. Après des études de journalisme international à Londres, il a rapidement acquis différentes compétences journalistiques en travaillant comme journaliste indépendant dans divers médias. De la BBC à l'Agence France Presse en passant par l'agence d'UGC Newsflare, Mathiew a acquis de l'expérience dans différents domaines du journalisme. En 2019, il décide de s'installer à Montréal pour affronter les hivers rigoureux et profiter des beaux étés mais surtout développer son journalisme. Il a rapidement intégré Radio Canada International où il s'efforce de donner le meilleur de lui-même au sein des différentes équipes.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.