Le mont Sima, le « petit secret » devenu un repaire de champions dans le Grand Nord canadien

Le mont Sima ne s’endort pas vraiment après le coucher du soleil. Il laisse la place aux champions de Snowboard Canada qui s’entraînent de nuit sur le grand saut. (Vincent Bonnay/Radio-Canada)
La petite station de sports d’hiver du mont Sima, dans les environs de Whitehorse, n’a qu’un seul télésiège et environ 10 km de pistes, mais elle attire médaillés olympiques, champions du monde et autres jeunes athlètes en quête de succès pour une prochaine saison.

« Mont Sima, c’est la plus belle montagne pour le début de saison », estime David McNeil, l’entraîneur-chef de l’équipe élite de l’Estrie.

Âgés de 16 à 21 ans, les jeunes qu’il observe du bord de la piste de slalom espèrent intégrer le niveau supérieur, l’équipe du Québec.

Pour les y préparer, cela fait cinq ans que l’équipe choisit de tenir au mont Sima, à plus de 4300 kilomètres de l’Estrie, le dernier camp d’entraînement avant le début des compétitions. Ce choix est tant stratégique que climatique, dit l’entraîneur.

« Avec le réchauffement de la planète, c’est toujours difficile au Québec d’avoir de la neige au mois de novembre, ce qui fait qu’on n’aime autant pas prendre de chances », explique-t-il.

« Il faut absolument qu’on fasse un certain nombre de journées de ski avant que la saison débute, c’est pour ça qu’on vient ici. »

David McNeil et l’équipe élite de ski de l’Estrie viennent au Yukon chercher la neige qui leur manque au Québec en début d’hiver. (Vincent Bonnay/Radio-Canada)

Les changements climatiques ont donc aidé à placer le mont Sima parmi les rendez-vous importants de la saison de plusieurs équipes, et sa popularité ne devrait cesser de croire, selon l’entraîneur-chef.

« C’est notre petit secret », confie-t-il. Tout le monde se déplace dans l’Ouest canadien, en Colombie-Britannique ou en Alberta, au mois de novembre, mais de plus en plus les gens commencent à se connaître et je m’attends à ce qu’il y ait des compétiteurs de haut niveau qui viennent ici [pour] s’entraîner.

Ce projet de programme d’entraînement a été développé en cinq à six ans et porte ses fruits, selon l’organisation. Entre 80 et 90 athlètes s’entraînent sur la section style libre composée d’un grand saut et d’une section de rampes en métal, alors que près de 120 utilisent le secteur alpin, à ski ou en surf des neiges.

« Nous sommes l’un des rares endroits à pouvoir garantir de la neige dure tôt dans la saison, et, côté style libre, nous avons l’un des meilleurs sauts au monde à cette époque de l’année. »Devin Wittig, coordonnateur de la présaison du mont Sima
Moro Bamber vient de Toronto et Nicole Mah, de Vancouver, mais tous les deux portent les couleurs de l’Université de l’Alaska à Anchorage et s’entraînent au mont Sima. (Vincent Bonnay/Radio-Canada)

Cette année, entre le 6 novembre et le 6 décembre, des équipes sont venues d’Ontario, du Québec, du Manitoba, de Colombie-Britannique et d’Alberta, mais l’intérêt dépasse maintenant les frontières et attire des équipes de l’État de l’Oregon, de l’Alaska et du Japon.

« Cette présaison nous permet de créer de la neige sur tout le domaine. Donc, quand nous ouvrons au public, le 3 décembre, nous pouvons ouvrir un bon nombre de pistes », explique M. Wittig.

Elle permet également de faire travailler [les] équipes un mois et demi plus tôt et de générer des revenus qui aident pour le reste de la saison.

Ce qui pourrait n’être qu’un coup de pouce financier pour l’organisation à but non lucratif est aussi, selon lui, une belle reconnaissance pour le travail accompli par les équipes du domaine.

Devin Wittig rappelle avec fierté que la petite station accueille même l’équipe nationale de surf des neiges, une équipe qui compte plusieurs médaillés olympiques. C’est, pour lui et ses employés, une sorte de consécration.

À la nuit tombée, quand les remontées mécaniques sont fermées, certains des plus grands noms de la discipline s’élancent sur le grand saut.

« C’est le seul endroit où il y a de la neige aussi tôt, où l’on peut construire un saut adapté pour s’entraîner et rider les rails en métal », explique Laurie Blouin.

Parmi les champions présents au mont Sima, Laurie Blouin. Elle est double médaillée d’or aux Championnats du monde de descente acrobatique et de grand saut et médaillée d’argent en descente acrobatique aux Jeux olympiques de Pyeongchang, en 2018. (Vincent Bonnay/Radio-Canada)
« Je nous trouve vraiment chanceux, parce que la plupart des gens vont à Stubaier, en Autriche. Donc, nous, on a la chance de rester […] pas loin de la maison pour s’entraîner. C’est ça qui est le fun. »Laurie Blouin, membre de l’équipe canadienne de planche à neige

À ce niveau d’excellence, et si proche du début de la saison, tous les détails comptent et à Whitehorse. Laurie Blouin trouve la neige et les conditions d’entraînement nécessaires à sa préparation.

« Ici, c’est l’hiver depuis un petit bout. Donc, la neige est vraiment comme elle le sera au milieu de l’hiver. En Europe, c’est encore tôt. Donc, c’est plus de la neige de glacier », explique-t-elle.

« Là, on a vraiment un feeling de vraie neige et puis il fait froid. Donc, ça nous prépare bien pour l’hiver », conclut-elle, en rappelant qu’à son arrivée elle a eu droit à un froid yukonnais au-dessous de -30 degrés Celsius.

Vincent Bonnay, Radio-Canada

Vidéojournaliste au Yukon pour Radio-Canada

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.