Les données du recensement canadien de 2021 sur les Autochtones remises en question

Selon Statistique Canada, les données sur les Autochtones du recensement de 2021 doivent être remises en question, car les efforts de collecte ont été entravés. (iStock)
Des responsables fédéraux ont remis en question la qualité des données du recensement de 2021 auprès des communautés autochtones, après que les efforts de collecte eurent été entravés par des facteurs tels que la découverte de sépultures non marquées sur le terrain de pensionnats pour Autochtones, selon des documents.

Des notes obtenues par La Presse canadienne grâce à la Loi sur l’accès à l’information révèlent la difficulté de Statistique Canada à sonder plus de 600 communautés des Premières Nations et inuit.

Les documents ont été préparés pour Services aux Autochtones Canada – le ministère qui finance le logement dans les réserves – ainsi que pour d’autres infrastructures et programmes sociaux.

En octobre dernier, quelques semaines après la fermeture de la période de recensement de près de cinq mois, le 24 septembre, les responsables ont fourni une mise à jour au sous-ministre.

La mise à jour a souligné que, si le taux de réponse global était de 98 %, il n’était que d’environ 85 % pour les communautés autochtones.

Ce chiffre était en baisse par rapport aux 92 % du recensement de 2016.

Bien que les résultats de la collecte de données aient dépassé les attentes compte tenu des circonstances, des questions subsistent quant à la qualité des données.Mise à jour au sous-ministre de Services aux Autochtones Canada

« Une qualité inférieure des données limitera probablement la capacité de développer une base de données solide pour la prise de décisions, que ce soit [par] les gouvernements fédéral, provinciaux ou autochtones qui utilisent les données du recensement de 2021. »

Services aux Autochtones Canada n’a pas encore répondu à une demande pour commenter la situation.

Un exercice tous les cinq ans

Au Canada, le recensement est effectué tous les cinq ans pour recueillir des renseignements sur la population et les données démographiques, qui aident les gouvernements à prendre des décisions en matière de financement. Les collectivités en dépendent également pour la planification des infrastructures.

Le porte-parole de Statistique Canada, Peter Frayne, a déclaré qu’au cours des deux années de recensement précédentes, le nombre de réserves non entièrement comptées était tombé à 14 en 2016, comparativement à 36 en 2011.

En 2021, ce chiffre a bondi à 63, et M. Frayne a affirmé que la pandémie de COVID-19, combinée à des incendies de forêt et à des vagues de chaleur, a eu une incidence sur les résultats.

L’organisme fédéral a besoin d’une autorisation pour entrer dans une communauté des Premières Nations. Il a signalé que, sur les 63 communautés non comptées, 25 n’avaient pas autorisé la venue de représentants de l’organisme.

Des documents racontent une histoire plus détaillée de ce qui s’est passé dans les coulisses.

Avant même le début de la collecte de données, Statistique Canada, essayant de déterminer comment mener un recensement pendant que la pandémie faisait rage, a choisi de s’appuyer davantage sur les Canadiens pour qu’ils remplissent leurs formulaires en ligne plutôt que par le biais d’interactions en face à face.

Des efforts ont été faits pour mettre sur pied des comptoirs locaux pour les communautés autochtones, mais moins de 1000 des quelque 2200 postes disponibles ont été pourvus.

Au cours de cet été-là, les responsables des Services aux Autochtones Canada ont signalé le retard de la participation au recensement comme un problème pour les communautés des Premières Nations et des Inuit.

Malgré un niveau d’efforts sans précédent de la part de Statistique Canada, la collecte de données du recensement de 2021 dans les communautés des Premières Nations et des Inuit a été considérablement entravée par la pandémie de COVID-19.Mise à jour au sous-ministre de Services aux Autochtones Canada

L’impact des pensionnats pour Autochtones

« Les taux de participation ont encore été atténués par la découverte de lieux de sépulture sur le terrain d’anciens pensionnats pour Autochtones, ainsi que par les récents incendies de forêt qui ont perturbé la vie de tant de familles autochtones dans le nord de l’Ontario et les provinces de l’Ouest. »

La mise à jour indique que la découverte de sépultures anonymes « exacerbe le sentiment négatif envers le gouvernement fédéral, conduisant potentiellement les communautés à rejeter la participation au recensement de 2021 ».

Plus de 150 000 enfants autochtones ont été retirés de force à leur famille et envoyés dans des pensionnats dirigés par des églises et financés par le gouvernement fédéral, où les abus physiques et sexuels étaient fréquents.

Les Canadiens autochtones et non autochtones ont fait face à cette réalité en mai dernier, lorsqu’une Première Nation de la Colombie-Britannique a annoncé qu’elle avait trouvé ce que l’on croit être les restes de 215 enfants enterrés sur le terrain d’un ancien pensionnat.

Le directeur général du recensement, Geoff Bowlby, a déclaré que, sur avis des conseillers de liaison avec les Autochtones de Statistique Canada, l’agence avait suspendu la collecte pendant une certaine période, par respect pour les communautés.

Ce retard, associé à la façon dont les Premières Nations ont fait face à la douloureuse découverte, a influé sur les niveaux de réponse, a-t-il ajouté.

« C’est intangible […], mais cela aurait certainement eu un impact. »

Volonté et confiance

La volonté des gens de remplir le formulaire de recensement découle de leur confiance, laquelle est liée aux expériences qu’ils ont eues avec les gouvernements, a noté M. Bowlby.

Il y a un fardeau qui est imposé aux gens par le recensement, et nous devons être prudents et conscients de ce qui se passe dans la vie des gens.Geoff Bowlby, directeur général du recensement

À un certain moment, les responsables ont vu que seulement 63 des plus de 600 communautés autochtones du pays avaient été comptées. Et, à la mi-juillet, Statistique Canada a décidé de déployer des équipes pour remédier à la situation.

À la mi-août, ce nombre a commencé à augmenter, mais les responsables ont noté que les informations du recensement manquaient toujours dans quelque 500 communautés alors que la période de collecte achevait. La conséquence d’avoir un écart aussi important est « considérable à plusieurs niveaux », ont-ils dit.

« L’ampleur même du travail reste une préoccupation pour toutes les personnes impliquées », lit-on dans une note d’information envoyée à Services aux Autochtones Canada.

Les données du recensement sont une « ressource essentielle » utilisée par le ministère pour suivre le processus de réduction de l’écart socioéconomique entre les peuples autochtones et non autochtones, écrivent les responsables.

Les efforts visant à garantir que ces données restent de la plus haute qualité sont essentiels pour maintenir l’engagement continu du gouvernement fédéral en matière de transparence et de résultats et son dévouement à faire progresser la réconciliation avec les peuples autochtones.Note d'information envoyée aux Services aux Autochtones Canada

Les données de recensement pour les communautés autochtones individuelles manquent en plus grand nombre que par les années précédentes, et M. Bowlby a indiqué que les lacunes pouvaient être comblées en créant des prévisions à partir des chiffres de 2016, ainsi qu’en glanant des données assemblées à partir des dossiers fiscaux et du registre des Indiens, qui est géré par Services aux Autochtones Canada.

« Mais il n’y a rien de tel que les données du recensement, et c’est pourquoi il est à ce point important que nous les obtenions, et que nous le faisions correctement à chaque recensement », a-t-il conclu.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.