À la suite d’une série de démissions, le Parlement sami va examiner le fonctionnement de la Commission de vérité et réconciliation en Finlande

« Le Parlement sami prend la situation au sérieux », a déclaré Tuomas Aslak Juuso, président du Parlement sami de Finlande. (Ville-Riiko Fofonoff/Sámediggi/Saamelaiskäräjät)
Le Parlement sami de Finlande scrute le fonctionnement de la Commission de vérité et réconciliation après la démission de deux commissaires nommées par l’organisme au printemps dernier.

Aucun membre du Parlement n’a pu être joint pour un commentaire lundi, mais dans un communiqué de presse, le président Tuomas Aslak Juuso a déclaré que l’Assemblée prenait la situation au sérieux.

« Nous devons obtenir une image adéquate de ce qui se passe et ensuite évaluer quel type de solutions sont nécessaires pour poursuivre le processus », a dit M. Juuso.

Les Samis sont un peuple autochtone de l’Arctique. Leur territoire traditionnel s’étend sur les régions arctiques de la Norvège, de la Suède, de la Finlande et de la péninsule de Kola dans l’Arctique occidental russe, une région qu’ils appellent collectivement Sapmi. On estime à 10 000 le nombre de Samis vivant en Finlande, dont plus de 60 % en dehors de leur région d’origine.

Les politiques coloniales menées en Suède, en Finlande, en Norvège et en Russie continuent de toucher la vie, la culture et l’utilisation des terres par les Samis. Des politiques qui ont également été menées dans le système éducatif et l’église qui décourageaient ou supprimaient les langues et la culture des Samis tout en assimilant de force les enfants autochtones à la culture dominante.

Le gouvernement finlandais a accepté l’organisation de la Commission de vérité et réconciliation en 2019. Après plusieurs retards pendant la pandémie, le processus a officiellement débuté fin octobre 2021.

Notons que sa mise en place a été en partie calquée sur la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Les commissaires canadiens Marie Wilson et Wilton Littlechild faisaient d’ailleurs partie des conseillers.

Démission au sujet des ressources et du soutien

Cinq commissaires ont été nommés : deux par le Parlement sami de Finlande, un par le Conseil Skolt Sami Siida et deux par le gouvernement finlandais. Le rapport doit être publié en novembre 2023.

Les deux commissaires nommées par le Parlement sami, Miina Seurujarvi et Heikki J. Hyvarinen, ont démissionné au printemps.

Sajos est le centre culturel sami d’Inari, en Finlande, qui abrite le Parlement sami de Finlande. (Eilís Quinn/Eye on the Arctic)

Mme Seurujarvi a mentionné que le manque de ressources et de soutien aux personnes participant au processus l’avait convaincue que la commission, comme elle était conçue, serait incapable de remplir son mandat.

« Tout est réduit, les ressources financières, le temps », a indiqué le mois dernier Mme Seurujarvi à YLE News, le radiodiffuseur public finlandais. « Les commissaires ont également peu de temps pour accomplir un travail approfondi. Cette entité n’a pas fonctionné, et elle ne fonctionnera pas. »

L’ex-commissaire a aussi ajouté à YLE News que le travail de la commission devrait être suspendu jusqu’à ce que l’ensemble du processus soit repensé. À son tour, la secrétaire générale de la commission, Anni-Kristiina Juuso, a démissionné le 22 mai dernier.

De son côté, le gouvernement finlandais a dit la semaine dernière que le travail de la commission était « très important et significatif sur le plan historique » et qu’une solution était en cours d’élaboration.

« L’État veut résoudre les problèmes de temps et de ressources de la commission, ainsi que d’autres préoccupations qui ont émergé, avec toutes les parties », a affirmé le gouvernement dans un communiqué de presse. « Il est essentiel de s’assurer que des ressources suffisantes sont allouées au travail de la commission. »

Anni Koivisto, vice-présidente du Parlement sami de Finlande, estime que les discussions avec les commissaires initiaux et l’expert en soutien psychosocial permettront d’avancer. (Sámediggi/Saamelaiskäräjät)

Le Parlement sami a invité les cinq membres initiaux de la commission à une réunion le 23 juin, ainsi qu’Heidi Eriksen, directrice de projet de l’unité de service de soutien psychosocial sami.

« Afin de clarifier la situation et le tableau d’ensemble, nous estimons qu’il est important que les membres du Parlement sami aient l’occasion d’entendre les personnes qui ont participé jusqu’à présent aux travaux de la Commission de vérité et réconciliation, ainsi que l’experte en matière de soutien psychosocial aux Samis », a déclaré Anni Koivisto, vice-présidente du Parlement sami de Finlande.

« Cela permettra, nous l’espérons, aux membres du Parlement sami de mieux évaluer la nomination des nouveaux commissaires et les mesures nécessaires à prendre. »

Cet article est la traduction d’un texte publié à l’origine dans Eye on The Arctic.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.