Archives – Les Rangers canadiens, surveillants du Grand Nord

Un Ranger canadien à Taloyoak, dans la péninsule de Boothia, au Nunavut, « Le Point », 9 juin 1987. (Radio-Canada)
Même si les Rangers canadiens existent depuis 75 ans cette année, leur travail demeure souvent méconnu du grand public. Nos reportages d’archives permettent de comprendre leur rôle de patrouilleurs, d’éclaireurs et de guides pour les Forces armées canadiennes (FAC) dans les régions éloignées du pays.

Au Canada, on compte environ 5000 Rangers qui vivent dans plus de 200 communautés et qui parlent 26 langues et dialectes. Ils sont considérés comme les yeux et les oreilles du gouvernement canadien dans le Grand Nord.

C’est après la Seconde Guerre mondiale, en mai 1947, que le gouvernement a créé les Canadian Rangers dans les Territoires du Nord-Ouest et dans l’Arctique canadien.

Les Rangers sont une preuve tangible de la souveraineté du Canada sur les régions isolées ou peu peuplées du Grand Nord. Formés par les FAC, ils soutiennent les opérations militaires et signalent les activités suspectes, par exemple la présence de sous-marins ou d’avions étrangers.

Le 9 juin 1987 au Point, Françoise Stanton présente un reportage sur les Rangers des Territoires du Nord-Ouest. La journaliste est affectée à Spence Bay, aujourd’hui Taloyoak, dans la péninsule de Boothia, au Nunavut. Durant une semaine, elle assiste à la formation et à l’entraînement des Rangers inuit.

Les Rangers sont d’abord des patrouilleurs et ne se font pas confier de missions de combat, mais ils apprennent tout de même le maniement des armes. Les FAC leur fournissent des carabines. Anciennement des 303, elles ont été remplacées par les C-19, des armes très précises qui peuvent être utilisées dans le froid.

Reportage de Françoise Stanton sur la formation et l’utilité des Rangers canadiens dans les Territoires du Nord-Ouest. L'émission est animée par Madeleine Poulin et Simon Durivage. Réalisation: Karl Parent.


Dans ce reportage, le major Steven Joudry, grand patron des Rangers en 1987, explique que ce qu’il y a d’unique et d’important dans ce programme, c’est qu’il fait appel aux habiletés naturelles des Autochtones, qui ont appris à vivre et à survivre dans la nature.

Personne ne contestera jamais que les vrais gardiens du Nord, ce sont ces Inuit qui se sont transmis de père en fils les secrets de la survie dans cet environnement particulièrement hostile et l’art de vivre en harmonie avec le froid.Françoise Stanton

Pour les FAC, les chasseurs et les pêcheurs inuit font les meilleurs Rangers parce qu’ils possèdent une excellente connaissance du territoire.

Que ce soit pour chasser et dépecer un phoque ou un caribou, voire pour savoir reconnaître un bon emplacement afin d’y établir un campement, les Rangers servent de guides et d’instructeurs en ce qui a trait aux techniques de survie.

En 1987, lors de ce reportage du Point, on comptait 640 Rangers. Ils sont aujourd’hui 5000, dont 79 % d’hommes. On compte 1056 femmes dans leurs rangs.

En plus de surveiller le territoire canadien dans les régions éloignées, les Rangers sont une aide précieuse pour leur communauté. En effet, ils jouent un rôle de premiers répondants.

Le 20 mars 1999 au Téléjournal, Claude Frigon présente un reportage sur une cérémonie des Forces armées canadiennes qui souligne le courage des Rangers qui ont porté secours aux résidents de Kangiqsualujjuaq.

Le 31 décembre 1998 à Kangiqsualujjuaq, dans le nord-est du Québec, une grosse avalanche a coûté la vie à neuf personnes.


Reportage de Claude Frigon sur le travail des Rangers venus en aide aux habitants de Kangiksualujuak à la suite d’une avalanche. Le bulletin de nouvelles est animé par Michèle Viroly.

Les Rangers ont alors été les premiers à participer à l’opération de sauvetage.

« La patrouille de ce village a eu droit à des honneurs pour avoir creusé à mains nues dans la neige par un froid glacial pour dégager les survivants. »

Aux missions qui consistent à guider les FAC, à surveiller le territoire et à faire des sauvetages s’ajoute la tâche de garder et de transmettre le savoir autochtone. Ce savoir est non seulement valorisé par les activités des Rangers, mais aussi légué aux jeunes générations au sein des Rangers juniors.

Reportage de Gilles Sirois sur les Rangers juniors qui participent à leur camp annuel leur permettant de renouer avec les traditions ancestrales. Le bulletin de nouvelles est animé par Christine Fournier.

Le 20 juillet 2000, le journaliste Gilles Sirois nous fait découvrir les Rangers juniors, qui sont en quelque sorte l’équivalent des cadets de l’armée.

Le mouvement des Rangers juniors a toutefois cette particularité d’être intimement lié aux valeurs autochtones et inuit. Faire partie des Rangers juniors permet de prendre contact avec un mode de vie traditionnel. Les jeunes doivent connaître les trucs ingénieux de leurs ancêtres pour survivre en forêt.

Ce programme plaît aux jeunes qui manquent parfois d’activités et de loisirs dans les régions éloignées du Grand Nord. Il permet de redonner un sens de la communauté.

Nous les encourageons en quelque sorte à maintenir et à développer leurs traditions.Le major Steven Joudry, patron des Rangers en 1987

Ce savoir ancestral est d’une grande utilité pour les FAC et pour le renforcement de la présence canadienne dans l’Arctique.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.