Des scientifiques tentent de mieux comprendre les liens entre les tempêtes arctiques et la glace polaire

Vue sur le ciel de l’Arctique (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Cet été, des scientifiques britanniques mènent depuis l’Arctique norvégien des recherches aériennes au cœur des tempêtes arctiques afin de mieux comprendre comment les systèmes météorologiques modifient la glace de mer polaire.

Les cyclones arctiques sont le principal type de phénomènes météorologiques qui touchent l’environnement polaire en été. Ils peuvent avoir un impact sur le mouvement de la glace de mer.

Deux avions partant de Longyearbyen, au Svalbard – la ville la plus septentrionale de la planète – effectuent en ce moment plusieurs missions pour étudier pour la première fois les cyclones arctiques en saison estivale. Les scientifiques espèrent ainsi mieux comprendre comment la glace et l’océan interagissent avec l’atmosphère.

« Les cyclones arctiques sont beaucoup moins bien compris que ceux des régions tempérées, ce qui les rend encore plus difficiles à prévoir », a déclaré le professeur John Methven, chercheur et responsable du projet. Le professeur pense que les données colligées durant les recherchent permettront de simuler les phénomènes dans les modèles de prévision météorologique et climatique.

« Ce projet examinera les cyclones de l’été arctique d’en haut, d’en bas et en leur sein même. Il fera la lumière sur la relation entre la glace de mer et l’atmosphère au-dessus, ce qui fournira des données inestimables pour améliorer la compréhension de la façon dont le changement climatique nuit à cette région d’importance mondiale », a-t-il expliqué.

Ces dernières décennies ont vu une chute spectaculaire de la superficie de la glace de mer arctique et les cyclones semblent à la fois ralentir et accélérer le déclin de la glace, selon la période de l’année. Les processus physiques ne sont pas clairs et l’un de nos objectifs est d’étudier l’effet des cyclones sur la glace de mer et l’effet de la distribution de la glace de mer sur les cyclones.John Methven, chercheur et responsable du projet

En raison du réchauffement climatique, la glace de mer s’amincit chaque année dans de vastes zones de l’océan Arctique en été, indique M. Methven. Cela signifie que les vents peuvent déplacer la glace plus facilement, ce qui peut à son tour influer sur les systèmes météorologiques. Il est donc difficile de prévoir les changements de l’environnement arctique à court et à long terme.

Les changements spectaculaires de la glace arctique devraient devenir de plus en plus importants pour le climat mondial, ce qui en fait un problème urgent à étudier.

Le projet qui est financé par le Natural Environment Research Council regroupe des scientifiques de l’Université de Reading, de l’Université d’East Anglia, du British Antarctic Survey, du Centre national britannique des sciences de l’atmosphère (NCAS) et du Centre d’observation et de modélisation polaires.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.