Du bon chocolat sucré de Pâques Photo: iStock

Chocolat que c’est sucré! Nos enfants consomment encore trop de sucre

Share

Maintenant qu’ils se sont bien gavés de chocolat, examinons les données fournies récemment par Statistique Canada concernant la consommation de sucre chez les Canadiens et Canadiennes de différents âges.


Il y aurait 10 fois plus d’enfants et d’adolescents obèses sur la planète aujourd’hui qu’il y a 40 ans Photo : getty images/istock

Selon cette enquête réalisée sur les habitudes alimentaires de plus de 45 000 Canadiens, âgés de 2 ans et plus, on apprend qu’ils consommaient l’équivalent de trois cuillères à thé de moins de sucre par jour.

La consommation quotidienne moyenne de sucres totaux en 2015 était ainsi de 101 grammes, comparativement à 104 grammes en 2004 chez les enfants de 2 à 8 ans, puis de 115 grammes, comparativement à 128 grammes, chez les enfants de 9 à 18 ans, et de 85 grammes, comparativement à 93 grammes, chez les adultes canadiens. Cent grammes de sucre correspondent à environ 24 cuillères à thé, soit près de 4 grammes de sucre par cuillères à thé.

Les boissons sucrées constituent toujours cependant la principale source de consommation de sucres chez les jeunes enfants (22 %) et 30 % chez les enfants plus âgés.

Nos enfants devraient manger moins de 25 grammes de sucres ajoutés par jour
– Selon une recommandation de l’American Heart Association publiée dans le journal médical Circulation, les enfants, ceux qui ont moins de 18 ans, ne devraient pas consommer plus de 25 grammes de sucre ajouté par jour.
– En fait, la recommandation est de « moins de 25 grammes ». Et 25 grammes ne représentent que six cuillerées à café, à peine 100 calories.

Voici 100 grammes de sucre (AP)

ÉCOUTEZ : L’industrie alimentaire fait-elle de l’argent sur le dos des enfants?

Chocolat : une industrie qui elle se porte bien Photo Credit: iStock

La présence insidieuse du sucre serait liée à un complot datant de plus de 55 ans

En parvenant à cacher les effets du sucre sur la santé, notamment en accusant le gras, l’industrie du sucre aurait influencé les politiques de santé publique. Photo : Radio-Canada

L’industrie alimentaire le glisse et le mélange à tout. On retrouve même du sucre dans le sel de table de plusieurs grandes marques canadiennes. Pas moins de 80 % des aliments transformés vendus en épicerie au Canada contiennent du sucre sous une forme ou une autre. L’abondance du sucre dans nos aliments serait en fait le fruit d’un complot. Il y a environ quatre ans, on apprenait que l’industrie du sucre a essayé de cacher les effets de ses produits sur la santé en payant des scientifiques pour mettre en doute certaines recherches.

C’est ce que révélait des documents internes qui ont fait l’objet d’une publication de l’American Medical Association’s Journal of Internal Medicine. Au milieu des années 1960, en payant des scientifiques reconnus, l’industrie sucrière en Amérique du Nord a tenté de minimiser la nocivité du sucre, notamment en ce qui concerne son lien avec les maladies cardiovasculaires.

Cette industrie utilisait la même stratégie que les entreprises de tabac. Elle a embauché des professionnels de la santé et financé des recherches scientifiques qui faisaient porter le blâme de l’obésité sur la sédentarité, entre autres. On a montré par exemple que Coca-Cola était derrière l’organisme Global Energy Balance Network, une fondation dirigée par un réputé chercheur américain qui niait l’impact des boissons sucrées sur la santé.

Nourritures pour bébés et sur le pouce « bourrées » de sucre

Les bonnes purées sucrées pour bébés. Photo : RC

Des chercheurs canadiens qui ont examiné, en 2017, la proportion de sucre ajouté contenu dans différents produits alimentaires emballés vendus au Canada s’attendaient à retrouver celui-ci en grande quantité dans les friandises, mais ils ont été surpris par son omniprésence dans la nourriture pour bébés, dans les barres tendres et dans les boissons.

En fait, les deux tiers des produits dont la liste d’ingrédients a été passée en revue – plus de 40 000 au total – contiennent au moins une forme de sucre ajouté.

David Hammond, professeur à l’école de santé publique de l’Université de Waterloo, en Ontario, qui a travaillé sur cette recherche, soulignait que les trois quarts des boissons comportent des sucres ajoutés, de même que des produits que les gens associent souvent à un choix santé, comme les barres tendres.

Environ la moitié des produits destinés aux bébés examinés par les experts contenaient du sucre ajouté, mentionnait M. Hammond.

Un amour du sucre qui coûtera cher pendant plusieurs générations

Photo : Radio-Canada

La consommation de sucre ajouté en si bas âges va finir par coûter cher aux contribuables canadiens : plus 50 milliards de dollars et provoquer plus de 63 000 décès et ce au cours des 25 prochaines années.

Cette prévision en guise de sonnette d’alarme est contenue dans une étude menée en 2017, à l’Université de Waterloo, en Ontario.

Les chercheurs estimaient que la consommation de boissons sucrées au Canada serait liée à plus de 3 millions de cas d’obésité, à environ 1 million de cas de diabète de type 2, à près de 300 000 cas de cardiopathie ischémique, à plus de 100 000 cas de cancer et à près de 40 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC).

LISEZ AUSSI : Savourez les délices des nouveaux timbres en desserts sucrés aux fruits de Postes Canada

L’émission Desserts du Canada (Groupe CNW/Postes Canada)

RCI avec les informations de Lauren Pelly de CBC et la contribution d’Annie Desrochers, Catherine Lefebvre, Philippe Leblanc, et Michel Désautels de Radio-Canada

En complément

Les enfants devraient consommer moins de 25 grammes de sucres ajoutés par jour – RCI 

Boissons sucrées: bon goût, mais tueuses silencieuses – RCI 

Les Canadiens tireront-ils la langue au Coca-Cola moins sucré? – RCI 

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*