Faut-il donner le droit de mourir à l’avance aux malades de l’Alzheimer?

Nous vous parlons cette semaine de la consultation en ligne du gouvernement canadien auprès des citoyens sur l’élargissement de l’accès au pays de l’aide médicale à mourir.

Cet exercice doit avoir lieu en raison d’une décision de la Cour supérieure du Québec en septembre dernier alors que la campagne électorale battait son plein.  Dans sa décision, la juge Christine Baudouin a statué qu’il était inconstitutionnel de limiter l’accès à l’aide médicale à mourir aux personnes en fin de vie. La juge a toutefois donné au gouvernement fédéral jusqu’au 11 mars, soit un délai de six mois, pour modifier les critères d’admissibilité prévus dans la loi actuelle et éviter ainsi un vide juridique au Québec.

La nouvelle version de la loi fédérale canadienne sur l’aide médicale à mourir pourrait ainsi en élargir l’accès aux personnes atteintes de maladies neurodégénératives, comme l’alzheimer, et qui, pour l’instant, en sont exclues.

« Je pense qu’il faut ouvrir la discussion et voir dans quelles dispositions ça peut se faire pour les personnes qui ont des problèmes neurocognitifs », affirme Sylvie Grenier, directrice générale de la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer.

Notre invité est Mme Nouha Ben Gaied, directrice recherche et développement à la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer

Écoutez ou regardez Tam-Tam Canada du vendredi 7 février 2020 – 34:45

Écoutez

Découvrez nos articles sur le même sujet

Plus besoin d’être en fin de vie pour bénéficier de l’aide médicale à mourir
Le Québec vient d’annoncer qu’une personne qui décide de demander l’aide médicale à mourir n’aura plus besoin d’être en fin de vie pour y avoir droit. Toutefois, les personnes admissibles devront recevoir l’accord de deux médecins. Elles devront également respecter les cinq critères énoncés dans la loi, notamment être majeur ou être atteint d’une maladie grave et incurable.

Aide médicale à mourir : vers la possibilité du consentement anticipé?
Un groupe d’experts a réfléchi sur la question de l’élargissement de l’aide médicale à mourir, dans le but de fixer des balises à la Loi sur la fin de vie au Québec. Ces experts proposent entre autres que les personnes atteintes d’une maladie grave incurable, qui désirent demander l’aide médicale à mourir, puissent le faire à l’avance.

Aide médicale à mourir, un nouveau débat au Canada?
La cour a statué que pour deux Montréalais, Nicole Gladu et Jean Truchon, l’un des critères d’admissibilité à l’aide médicale à mourir était trop restrictif. Au Québec, il est possible de recevoir une aide médicale pour mettre fin à sa vie, mais seulement si la mort est prévisible. Une disposition que contestaient Mme Gladu et M. Truchon, atteints de maladies dégénératives incurables.

Jusqu’où élargir l’aide médicale à mourir? La justice interpellée par deux Québécois
La Loi québécoise concernant les soins de fin de vie réserve l’aide médicale à mourir aux seules personnes « en fin de vie », alors que le Code criminel canadien affirme que l’aide médicale à mourir ne peut-être offerte qu’aux personnes faisant face à « une mort naturelle raisonnablement prévisible ». Ll’aide médicale à mourir pourrait être offerte aux patients qui ne sont pas exclusivement en fin de vie.

Aide médicale à mourir : presque 4000 Canadiens et Canadiennes en ont bénéficié
Dans son troisième rapport périodique sur l’aide médicale à mourir, Santé Canada révèle ainsi que 3714 Canadiens ont eu recours à l’aide d’un médecin ou d’une infirmière pour mettre fin à leurs jours depuis que cette pratique est permise par les lois, soit en décembre 2015 au Québec et en juillet 2016 partout au pays. Leur moyenne d’âge était de 73 ans.

L’aide médicale à mourir en forte hausse au Canada
La Fédération québécoise des sociétés d’Alzheimer a dévoilé les résultats d’une consultation menée auprès de proches aidants. Une vaste majorité de proches aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer au Québec se disent en faveur d’étendre l’aide médicale à mourir aux personnes inaptes. Pas moins de 91% d’entre eux appuient l’idée.

Va-t-on élargir l’aide médicale à mourir à ceux qui ne sont pas à l’agonie?
Le débat sur la légalisation au Québec de l’aide médicale à mourir vient de rejaillir à la une des médias ces derniers jours avec le meurtre dans un établissement de soins de longue durée d’une Québécoise atteinte de la maladie d’Alzheimer. Le présumé meurtrier serait le conjoint de cette patiente atteinte d’alzheimer à qui l’on avait refusé l’aide médicale à mourir.

Le meilleur de la semaine en images

Catégories : Santé
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*