La diplomatie pèse parfois sur le dos des réfugiés

0 / 1224
Le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird accueille un réfugié syrien garçon s au camp de réfugiés de Zaatari, à Mafraq, Jordanie, samedi. (Mohammad Hannon / Associated Press)

L’attitude canadienne qui fait trébucher les réfugiés syriens.

Pas facile de faire venir des réfugiés syriens au Canada. Le gouvernement soumet les familles syriennes qui veulent se réfugier au Canada et les organismes d’aide au Canada qui les appuient à un processus complexe qui prend plus de deux ans.

En 2013, le ministre de l’Immigration du Canada avait annoncé qu’il y aurait 1300 places au Canada en 2014 pour des réfugiés syriens. Mais sur les 1300, seulement 200 dossiers sont parrainés par l’État. Les 1100 autres entrent dans la catégorie du « parrainage privé ». Ces dossiers reposent ainsi entièrement sur des organismes de bienfaisance ou des groupes religieux, ce qui veut dire que tout le processus pourrait prend deux ans et demi au minimum.

Le gouvernement canadien estime préférable en fait que les réfugiés syriens puissent être accueillis par d’autres pays du Moyen-Orient.

Lors de son passage en Jordanie en janvier 2014, le premier ministre Stephen Harper avait annoncé un investissement de 100 millions de dollars pour améliorer les conditions dans les camps de réfugiés.

Le saviez-vous?

Les demandeurs d’asile ne représentent pas une menace pour la sécurité du Canada

  • Même si cette idée a été exacerbée par divers attentats islamiques depuis 2001, les réfugiés sont en principe à la recherche eux-mêmes d’une plus grande sécurité et d’une protection contre les menaces à leur propre vie.
  • Les demandeurs d’asile font l’objet d’un contrôle de sécurité à leur arrivée au Canada. On tente de repérer les criminels parmi eux. Depuis que cette politique de dépistage a été mise en place, le nombre de demandeurs représentant un problème de sécurité pour le Canada est statistiquement infime.

Nos articles récents

Des Montréalais solidaires des réfugiés

Aide canadienne de 100 millions $ pour les réfugiés syriens en Jordanie

Selon le Parti libéral du Canada, le pays doit accueillir plus de réfugiés syriens

Syrie : un ex-premier ministre invoque « le devoir de protéger » du Canada 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *