Forages en Arctique: le navire de Greenpeace quitte les eaux russes

Le bateau de Greenpeace entrant dans les eaux russes samedi dernier. (Will Rose / AFP)
Le bateau de Greenpeace entrant dans les eaux russes samedi dernier. (Will Rose / AFP)

 

Un brise-glace de Greenpeace qui était entré sans permission dans les eaux de la Russie en Arctique pour protester contre les forages pétroliers a rebroussé chemin lundi après que la garde côtière russe eut menacé d’ouvrir le feu.

Christy Ferguson, une Canadienne faisant partie de l’équipage de l’Arctic Sunrise, a raconté que les quatre garde-côtes montés à bord du navire lundi avaient répété à plusieurs reprises qu’ils tireraient sur le brise-glace si ce dernier demeurait sur la route maritime du Nord.

Le vaisseau avait pénétré dans les eaux russes tard vendredi soir afin de documenter et de dénoncer l’exploration pétrolière au large de la côte nord de la Russie. Le forage en Arctique est controversé parce qu’il n’existe pas de méthodes efficaces pour nettoyer les déversements de pétrole dans les mers emprisonnées par les glaces.

L’exploration menée par des compagnies russes et des multinationales occidentales dans la portion russe de l’Arctique se déroule notamment dans des parcs maritimes nationaux et d’autres zones protégées.

L’Arctic Sunrise mettra quatre jours à revenir dans les eaux norvégiennes en raison du mauvais temps. Il est escorté par un bateau de la garde côtière russe.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *