Des aînés autochtones de partout au Canada se rassemblent pour guider les générations futures

Share
premiere-rencontre-nationale-des-aines-autochtones-de-lhistoire-canadienne
Des milliers d’aînés des Premières Nations et des peuples métis et inuit réunis à Edmonton (Radio-Canada/Geneviève Tardif)
Pour la première fois au Canada, des milliers d’aînés des Premières Nations, des peuples métis et inuit, représentant 600 organisations à travers le pays, se rassemblent à Edmonton de lundi à jeudi pour parler de leur héritage, de leur culture et transmettre leur savoir aux plus jeunes générations.

La première journée de l’événement de quatre jours a débuté dans la danse, la musique et les chants autochtones. Des aînés d’à travers le pays se sont réunis pour partager leurs expériences et guider les générations futures.

Certains sont venus de loin. Lillian Elias, une Inuite, arrive tout droit d’Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest. C’est un parcours long et fatigant pour cette septuagénaire, mais une rencontre qui l’a fait sentir comme si elle était chez elle entourée des siens.

« Les aînés sont tellement importants dans la vie des Autochtones. Si ce n’était pas de mes grands-parents et de mes arrières-grands-parents, je ne serais pas ici aujourd’hui, parce que c’est eux qui m’ont transmis la culture », déclare-t-elle.

premiere-rencontre-nationale-des-aines-autochtones-de-lhistoire-canadienne-2
Lillian Elias, une aînée inuite, a fait le voyage depuis la communauté d’Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest. (Geneviève Tardif/Radio-Canada)

« Écouter les aînés et les embarquer dans tout ce qu’on entreprend, fait partie de notre culture », renchérit Rupert Meneen, le grand chef des Premières Nations du Traité numéro 8 en Alberta, la nation hôte de la rencontre. Il se dit heureux de célébrer l’importance qu’ont les aînés au sein des nations autochtones.

Ce n’est toutefois pas seulement les aînés qui assistent à l’événement. Beaucoup de jeunes sont aussi présents pour écouter les bons conseils des vieux sages.

« Nous, les jeunes, nous serons les leaders de demain. C’est formidable de pouvoir être ici et d’échanger avec nos prédécesseurs », dit Quintin McKenzie, un Autochtone âgé de 16 ans.

Ce partage de traditions et de culture, Lillian Elias continuera de le célébrer encore longtemps. Du moins tant que le temps le lui permettra.

J’aime partager notre culture et nos traditions avec les plus jeunes générations. Je continue à le faire et continuerai à le faire jusqu’à ce que ma bouche et mes yeux se ferment.

 Lillian Elias
Participer pleinement à la vie commune

La première rencontre qui a lieu au cours du 150e de la Confédération canadienne n’a rien d’une coïncidence. En plus de célébrer l’importance de la présence des aînés au sein des peuples autochtones, l’événement permet également de faire le point sur les années à venir.

« Nous aussi nous pouvons enseigner des choses. Nous pouvons faire partie de la vie quotidienne des Canadiens et apprendre les uns des autres », affirme Rupert Meneen.

D’ailleurs, au cours des prochains jours, les aînés autochtones échangeront sur divers sujets notamment les changements climatiques, la culture et les femmes autochtones.

Toutefois, lundi, le coeur était plutôt à la fête. Les jeunes et les moins jeunes en ont profité pour bouger au rythme des chants traditionnels, une autre façon de raconter leur histoire.

« Danser me fait sentir fière de qui je suis », dit Lillian Elias. « J’aime être fière de moi, de mon peuple, de mon passé et de ma culture. Quand nous dansons, nous ne faisons pas juste danser. Nous racontons une histoire, notre histoire », conclut-elle.

Share
Marie-Pier Mercier, Radio-Canada

Marie-Pier Mercier, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *