Un organisme canadien tient une discussion sur l’autodétermination des peuples autochtones

Share
Une femme et ses deux enfants attendent au croisement des rues à Kuujjuaq au Nunavik, en 2002. L’anthropologue Lisa Koperqualuk expliquera le cheminement du Nunavik vers l’autodétermination lors de la discussion de ce soir. (Jacques Bossinot/La Presse canadienne)
La Ligue des droits et libertés organise mercredi une soirée publique sur l’autodétermination des peuples autochtones dans la ville de Montréal. Le but est de montrer des exemples de luttes et d’initiatives menées par des communautés du Québec.

Le projet était dans la boîte à idées de l’organisme depuis un an. Celui-ci a effectué des recherches sur les démarches entreprises par différentes communautés autochtones. La Ligue rappelle que le droit à l’autodétermination des peuples autochtones se retrouve dans la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, signée par le Canada en 2010.

Le chef Constant Awashish parlera de la déclaration unilatérale de souveraineté de la nation atikamekw sur son territoire ancestral en Mauricie, en 2014. « La nation exige dorénavant son consentement pour tout développement, usage et exploitation des ressources qui s’y trouvent », affirmait-elle dans un communiqué publié à l’époque.

Le chef de Kanesatake, Serge Otsi Simon, présentera le front commun mené par des communautés autochtones du Canada et des États-Unis contre l’exploitation et la distribution du pétrole provenant des sables bitumineux de l’Alberta. Il sera aussi question de la mobilisation contre le projet d’oléoduc d’Énergie Est, qui a été abandonné par la compagnie TransCanada le mois dernier.

Le Nunavik et l’autodétermination
Lisa Koperqualuk, professeure d’Inuktitut, et les élèves de Nunavit Sivunitsavut. (Akli Aït Abdallah/Radio-Canada)

Pour sa part, l’anthropologue Lisa Koperqualuk retracera le cheminement du Nunavik vers l’autodétermination. Elle reviendra notamment sur le référendum sur l’Entente finale sur la création d’un gouvernement régional, rejeté par 66 % des électeurs en avril 2011. Cette entente était l’aboutissement de plusieurs années de discussions entre le gouvernement fédéral, le gouvernement du Québec et la Société Makivik, qui gère différentes institutions inuites.

La soirée sur l’autodétermination des peuples autochtones est prévue au Centre St-Pierre, à Montréal, de 19 h 00 à 21 h 30.

En bref : Nunavik

– Région inuite située dans le nord du Québec
Capitale: Kuujjuaq
Nombre de collectivités: 14
Population: 12 090
Langues: inuktitut, anglais, français

Sources: Administration régionale Kativik, Statistique Canada (programme des statistiques sur les Autochtones)

À lire aussi :

Le lien au territoire des jeunes atikamekw plus fort que celui des jeunes québécois, Soirée boréale

Clyde River, le village inuit qui a dit non au pétrole, Radio-Canada

 

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *