Photoreportage – Visite à la station canadienne d’Alert, l’endroit habité le plus au nord de la planète

Share
Bienvenue à Alert, au Nunavut, au nord du 82e parallèle. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
En route vers Alert, pas besoin d’un expert pour comprendre les difficultés et les défis du développement dans l’Arctique. L’immensité de l’archipel arctique canadien défile rapidement sous l’avion.
La vue du hublot, quelque part entre l’étendue qui s’étend de Yellowknife à Alert. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Une fois les portes de l’avion grandes ouvertes, l’air frais de l’Arctique pénètre rapidement dans la cabine. L’été, la température oscille autour de 4 °C. L’hiver, la norme est plutôt de -40 °C.

Bien entendu, aucune route ne mène à Alert. Il faut prendre l’avion pour entrer et sortir de la base. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

À l’entrée d’Alert, les panneaux de signalisation des villes d’un peu partout à travers le monde résument bien l’emplacement : Alert, c’est loin.

Alert se situe à 2388 km de Yellowknife (capitale des Territoires du Nord-Ouest), à 4151 km d’Ottawa (capitale fédérale), ou à seulement 676 km de sa voisine, la base des Forces aériennes américaines de Thulé, au Groenland. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Ces temps-ci, un peu plus d’une centaine de militaires et de civils travaillent et vivent à la station d’Alert. Le personnel de la station varie généralement de 70 personnes, l’hiver, à 130, l’été.

La plupart des militaires à la station d’Alert y sont en déploiement de trois à six mois.

Des militaires entrent par la porte d’entrée de la Station des Forces canadiennes d’Alert. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« Une grande famille »

Lors d’un premier voyage de deux semaines, le caporal Christopher Rose est tombé en amour avec la station. Il y est revenu deux autres semaines et il est maintenant de retour pour six mois.

À Alert, le caporal Christopher Rose est responsable des provisions de la station. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« Vraiment, c’est juste comme une grande famille, tout le monde est très gentil. »

Caporal Christopher Rose
Le soir, les résidents d’Alert peuvent se détendre au bar de la station ou au « Beach Club » avec une petite partie de cribbage. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

La station d’Alert sert à maintenir une présence dans cet endroit isolé du Canada, mais sert aussi d’installation de renseignement de transmission.

Comme elle est isolée de tout, l’entretien des installations est le travail principal de la majorité des membres du personnel.

La station compte plusieurs bâtiments, mais pour des raisons de sécurité, les Forces armées n’acceptent pas que certaines installations soient photographiées. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Un paysage saisissant

En hiver, le soleil ne se lève pas à Alert, mais en été, il ne se couche jamais. Les résidents profitent de l’été pour faire des excursions dans les alentours.

« Quand tu vas dehors, il n’y a pas d’arbres, c’est des roches. C’est comme si tu étais sur une autre planète », remarque l’un des cinq pompiers de la station, Pierre-Olivier Girard.

« Tu ne vois pas ça chez nous, il y a des montagnes partout et c’est beau. »

Pierre-Olivier Girard, pompier à la station d'Alert
Pierre-Olivier Girard de Bagotville est en permanence avec ses autres collègues pompiers. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Sur l’île d’Ellesmere, la vie sauvage est bien présente. Il n’est pas rare de voir des lièvres, des renards arctiques et parfois même des phoques, des loups, des caribous et des ours polaires.

Les gens travaillant à la station ne repartent pas tous en ayant vu un ours polaire. Avant ceux-ci, aucun ours n’avait été vu depuis le début juillet. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

L’adjudant maître Pat Marceau occupe plusieurs fonctions à la station, dont celui du contrôle de la faune. Cela veut dire que c’est lui qu’on appelle quand un ours polaire est surpris à roder autour de la station.

« C’est très unique. Qui aurait cru que j’aurais la chance de faire quelque chose comme ça? »

Adjudant maître Pat Marceau
Après son déploiement de 6 mois à Alert, l’adjudant maître Pat Marceau laissera son rôle à un autre et retournera à Ottawa, où il travaille dans un cubicule. Il reviendrait à Alert n’importe quand, dit-il. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« C’est très excitant de voir un ours polaire, ça nous rappelle que nous vivons dans leur environnement, dit-il. Il faut juste rester sécuritaire. »

Adjudant maître Pat Marceau
Quand un ours polaire est aperçu, les membres du personnel sont priés de rester à l’intérieur le temps que Pat Marceau s’assure que l’endroit est sécuritaire. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Même si elle remporte la palme d’or des endroits habités le plus au nord, la station d’Alert se situe tout de même à 817 kilomètres du pôle Nord.

Le père Noël doit donc faire l’équivalent de Québec à Toronto pour s’y rendre le 25 décembre. C’est son premier arrêt, selon l’un des militaires qui y séjournent.

Au sud : l’étendue gelée canadienne. Au nord : l’étendue gelée du pôle Nord. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *