Le nombre d’élèves francophones en hausse dans un territoire du Nord canadien

Share
La rentrée scolaire à lieu de 30 août dans les écoles de la CSFTNO et le 4 septembre pour les autres écoles de Yellowknife. (iStock)
Les planchers brillent, l’odeur d’un été de nettoyage règne dans les corridors et les classes sont prêtes à accueillir leurs élèves, un peu plus nombreux cette année lors de la rentrée scolaire 2018-2019 dans les Territoires du Nord-Ouest.

Les élèves sont un peu plus nombreux sur les bancs des écoles francophones et dans des programmes d’immersion des T.N.-O. cette année.

La Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO) a accueilli jeudi matin, une trentaine d’élèves de plus que l’an dernier.

L’école Boréale de Hay River (sud du territoire) instruira, par exemple, une quinzaine d’élèves supplémentaires. Il s’agit surtout d’élèves de prématernelle, mais aussi d’enfants de parents qui ne sont pas des ayant droits, admissibles selon la directive ministérielle de 2016, indique la directrice générale de la CSFTNO, Yvonne Careen.

À Yellowknife (capitale territoriale), de 133 à 136 élèves fréquenteront à l’École Allain St-Cyr cette année, soit une dizaine de plus que l’an dernier.

L’École Allain St-Cyr est prête à accueillir ses élèves. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Selon Yvonne Careen, les classes n’ont toujours pas atteint leur nombre maximal d’élèves, mais quelques changements de configurations ont dû être faits pour mieux les accueillir cette année.

« À Allain St-Cyr, on était censé jumeler les [élèves de] prématernelles [à ceux de] maternelles, mais quand on a vu le nombre d’inscriptions croître [et] on a pris la décision de séparer les deux classes », explique la directrice générale, pour expliquer le type de changements effectués.

Une année de nouveautés à la CSFTNO

À l’école Boréale, une nouvelle enseignante a été embauchée pour pallier le départ d’un autre, mais le reste du personnel demeure inchangé. À Allain St-Cyr, deux enseignants arrivés en avril dernier seront de retour à cause de congés de maternité et une autre enseignante prendra le relais après le départ d’un collègue.

Un nouveau poste d’adjointe au programme de soutien a été créé et financé par le principe de Jordan pour accompagner un élève autochtone à Allain St-Cyr. Ce même poste, financé cette fois par la CSFTNO, devrait bientôt être pourvu à l’école Boréale.

Une spécialiste en alphabétisation et en francisation se joint aussi à l’équipe d’enseignants de l’École Boréale, cette nouvelle enseignante travaillera également à Yellowknife.

Le projet de 12,8 millions de dollars financé par le gouvernement territorial comprend le gymnase avec une scène, deux classes polyvalentes et deux classes d’enseignement pour les élèves ayant des besoins spéciaux. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Impossible aussi de ne pas mentionner la fin de la construction du gymnase et des nouveaux locaux de l’école Allain St-Cyr qui, selon Yvonne Careen, a été un facteur positif pour les élèves qui sont revenus au secondaire cette année.

La construction doit être achevée d’ici octobre et l’inauguration officielle est prévue au début du mois de novembre.

Hausse dans les programmes d’immsersion
La rentrée scolaire aura lieu le mardi 4 septembre à l’École J.H. Sissons et dans les autres écoles du conseil scolaire YK1. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Au conseil scolaire YK1, une dizaine d’élèves de plus que l’an dernier étaient attendus à l’École J. H. Sissons et plusieurs autres faisaient leur entrée dans les autres écoles de Yellowknife, tant dans les programmes francophones qu’anglophones.

« Si on remonte à 2005, quand le programme a commencé avec la maternelle et la première année, on avait 35 élèves », rappelle Jean-Marie Mariez, le directeur des programmes en français. « Ça s’est multiplié et on a rempli une école au complet. C’est un centre d’immersion maintenant », constate-t-il.

Cette hausse des inscriptions pourrait forcer le conseil scolaire à modifier les plans pour la future construction d’une nouvelle École J. H. Sissons, estime le directeur général du conseil scolaire, Metro Huculak.

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *