Un rassemblement historique pour la préservation de la langue Tlingit

Share
Des totems de la nation Tlingit dans la municipalité de Telsin au Yukon. (Philiippe Morin/Radio-Canada)
Ils sont moins de 200 personnes qui parlent la langue Tlingit dans le monde. Ils sont dispersés dans des communautés à travers les États-Unis et le Canada. Et pour une première fois, ils seront réunis pour le Native language summit, un sommet sur les langues autochtones.

Pour Gastant Aucoin, président du Comité pour la préservation de la langue et la culture au conseil municipal de Teslin au Yukon, dans le nord-ouest du Canada, c’est une rencontre historique.

C’est la première fois qu’on rassemble ceux qui parlent le Tlingit dans un même endroit, dit-il. Et ils sont peu nombreux. Alors, il est plus important que jamais qu’on se rassemble maintenant pour préserver notre langue.

Le territoire de la nation Tlingit est partagé entre l’Alaska, la Colombie-Britannique (côte ouest canadienne) et le Yukon. Et, même s’ils ont des dialectes et des accents qui diffèrent les uns des autres, les groupes se comprennent.

« Il n’y a pas de Tlingit américain ou canadien, ces frontières ne sont pas les nôtres. »

Gastant Aucoin, président du Comité pour la préservation de la langue et la culture au conseil de Teslin

Au Yukon, on offre déjà des cours de langue Tlingit à la maternelle de Carcross. Et en 2017, la Ville de Teslin adopte une loi qui fait du Tlingit la langue officielle du gouvernement municipal et de la communauté.

Le sommet se tient du 13 au 15 novembre à Juneau en Alaska. Il accueille les aînés des nations Tlingit mais aussi Haida et Tsimshian.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *