Un projet de loi sur les droits des Autochtones au Canada « en danger de mourir au Sénat », dit une sénatrice

Share
La salle temporaire du Sénat canadien, à Ottawa. (Justin Tang/La Presse canadienne)
À cinq mois des élections fédérales au Canada, le projet de loi qui vise à aligner la Déclaration des droits fondamentaux de la personne à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones est bloqué au Sénat par les conservateurs, selon une sénatrice libérale.

Les sénateurs conservateurs useraient de tactiques procédurales pour empêcher l’étude du projet de loi C-262, d’après la sénatrice Lillian Dyck.

Présenté par le député néo-démocrate Romeo Saganash en 2016, le projet de loi a été adopté par la Chambre des communes en 2018.

Lillian Dyck a déclaré que le sénateur conservateur Don Plett et ses collègues avaient bloqué sa demande de tenir une réunion prévue sur le projet C-262, alors que la Chambre rouge cessera ses travaux pour l’été dans trois semaines.

« Le temps est très limité, croit la sénatrice Dyck. Ça met le projet de loi en danger. »

La sénatrice Lillian Dyck, de la province de la Saskatchewan. (Jason Warick/Radio-Canada)

Ce n’est toutefois pas la première fois que les conservateurs font face à ce genre d’accusation, des chefs autochtones ont déjà dénoncé ces manœuvres.

Certains conservateurs craignent que, si le projet de loi est adopté, les Autochtones aient un droit de veto dans les projets d’exploitation de ressources naturelles.

Le gouvernement et les experts assurent cependant que ça ne serait pas le cas.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations inquiet

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, devait témoigner devant le Sénat la semaine dernière.

« C’est scandaleux, honteux et antidémocratique, a-t-il déclaré. Nous avons perdu une autre journée de travail. »

Perry Bellegarde montre du doigt les sénateurs Don Plett et Scott Tannas pour le ralentissement des procédures.

Roméo Saganash, député fédéral d’Abitibi–Baie-James–Nunavik–Eeyou, a présenté le projet de loi à la Chambre des communes en 2016. (Sean Kilpatrick/La Presse canadienne)

D’autre part, l’ancien premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, Stephen Kakfwi, a rencontré le sénateur Plett pour discuter du projet de loi C-262 au nom de l’APN.

« J’ai eu le sentiment que l’on ressent lorsque l’on parle poliment et honnêtement à quelqu’un, mais qu’ils vont ensuite vous poignarder dans le dos », a confié Stephen Kakfwi.

« Ils sont fondamentalement malhonnêtes, poursuit-il. Ils sont les derniers vestiges de l’institution politique établie pour opprimer les droits fondamentaux des peuples autochtones. »

D’après un texte de Jorge Barrera de CBC

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *