De passage dans le Nord canadien, le chef du Parti conservateur questionné sur l’environnement

Share
Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a promis d’abroger la taxe carbone s’il est élu le 21 octobre prochain. Le Parti conservateur est l’opposition officielle à Ottawa. (Anaïs Elboujdaïni/Radio-Canada)
Lors de son premier passage au Yukon, le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, s’est fait questionner sur ses politiques environnementales par un entrepreneur.

Andrew Scheer présentait sa plateforme dans le cadre d’une conférence organisée par la Chambre de commerce du Yukon.

D’emblée, le chef de l’opposition officielle à Ottawa a promis d’abroger la taxe carbone s’il est élu le 21 octobre prochain.

« Je pense que cette taxe frappera le Nord [canadien] particulièrement durement », a-t-il dit sous des applaudissements de la foule.

La loi fédérale impose une taxe sur l’essence et autres combustibles fossiles et des frais aux pollueurs industriels.

Cette promesse du chef conservateur a suscité une vive discussion entre celui-ci et un propriétaire d’une compagnie de rénovation de vieux immeubles, Shane Wolffe.

Un entrepreneur dans l’industrie de la rénovation d’immeuble, Shane Wolffe, a pris la parole pendant plusieurs minutes pour demander à Andrew Scheer ce qu’il comptait faire pour l’environnement et les énergies vertes. (Anaïs Elboujdaïni/Radio-Canada)

« Nous devons regarder vers l’avenir en ce moment, ce que j’entends, c’est un retour en arrière », estime-t-il.

Celui-ci ne croit pas qu’un gouvernement conservateur respecte l’environnement.

Il souhaite des investissements dans les énergies renouvelables plutôt que de continuer à exploiter les énergies fossiles.

Andrew Scheer lui a répondu qu’il croit que la demande pour les énergies fossiles va continuer de croître. Il juge donc qu’il est préférable d’exploiter les ressources naturelles canadiennes que celles de l’étranger.

Le président-directeur général de Da Daghay Development Corporation, Ben Asquith, s’inquiète quant à lui du taux de chômage élevé chez les Premières Nations du Yukon.

Il a demandé au chef conservateur sa vision sur les partenariats en développement économique qu’il entrevoit avec les Premières Nations.

Andrew Scheer indique qu’il travaillera de concert avec celles-ci. « Nous devons nous attaquer à la racine du problème qui explique ce taux de chômage élevé », avance-t-il.

Share
Anaïs Elboujdaïni, Radio-Canada

Anaïs Elboujdaïni, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *