Jeux de la francophonie canadienne 2023 : un pas de plus vers la candidature de Yellowknife, dans le Nord canadien

Share
Les 48 jeunes participants des T.N.-O. ont remporté 7 médailles aux Jeux de la francophonie canadienne à Moncton-Dieppe en 2017. (Fédération franco-ténoise)
La Fédération franco-ténoise (FFT) pourrait bientôt obtenir le soutien de la Ville de Yellowknife à sa candidature pour accueillir les Jeux de la francophonie canadienne dans la capitale des Territoires du Nord-Ouest à l’été 2023. L’événement serait bénéfique pour la francophonie et l’ensemble de la communauté, selon l’administration municipale.

Lundi, l’administration de la Ville de Yellowknife a recommandé au conseil municipal de soutenir la candidature de la Fédération franco-ténoise en lui offrant l’accès nécessaire à ses infrastructures pour la tenue de l’événement.

Les membres du conseil municipal, majoritairement en faveur de la demande, voteront le 22 juillet. Ils devront décider s’ils sont prêts à offrir l’accès à des infrastructures appartenant à la municipalité, comme des parcs, l’aréna et le complexe sportif, pour les Jeux qui durent normalement cinq jours.

La valeur de cette contribution est évaluée à 53 100 $ par l’administration municipale.

L’aval de la Ville est crucial au développement du dossier de candidature et pour l’organisation des Jeux. Le comité mis en place par la FFT doit déposer sa candidature avant le 30 septembre 2019.

Organisés tous les trois ans, les Jeux de la francophonie canadienne accueillent plus de 1000 jeunes participants, organisateurs, parents et entraîneurs.

Les Jeux comprennent des épreuves sportives, mais offrent aussi des compétitions dans le domaine du leadership et des arts visuels, oratoires et culinaires.

La FFT estime le budget nécessaire pour l’organisation des Jeux à plus de 1,2 million de dollars. De ce budget, 540 000 $ ont déjà été promis par Ottawa.

Linda Bussey est la directrice générale de la Fédération franco-ténoise. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

En plus de ce soutien et des 53 100 $ de la Ville, la FFT compte aussi obtenir un soutien financier de 375 000 $ du gouvernement territorial. La directrice générale de la FFT, Linda Bussey, dit déjà avoir reçu beaucoup d’intérêt de la part du gouvernement dans des discussions informelles.

Le reste du financement devra être obtenu auprès de commanditaires locaux.

Selon l’administration municipale, l’accueil d’un tel événement est semblable à l’organisation des Jeux d’hiver de l’Arctique, souvent organisés à Yellowknife ou ailleurs dans le territoire depuis les années 1970.

En utilisant des études d’impact économiques effectuées des Jeux de l’Arctique, la municipalité conclut que la présence des visiteurs dans la ville pendant cinq jours pourrait venir injecter environ 342 000 $ dans l’économie de la communauté.

La mairesse Rebecca Alty a participé aux premiers Jeux canadiens de la francophonie au Nouveau-Brunswick, dans les Maritimes, en 1999. Elle se dit en faveur de cette proposition qui aidera des jeunes francophones et francophiles à rencontrer d’autres jeunes d’ailleurs au pays.

La mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

« Je crois que les Jeux de la francophonie canadienne sont une bonne opportunité touristique et économique, explique la mairesse. Mais c’est aussi pour montrer Yellowknife aux jeunes provenant de partout au Canada. Peut-être qu’ils pourront revenir avec leur famille quelques années plus tard.

Aucune autre ville officiellement intéressée pour l’instant

Selon la coordonnatrice nationale des Jeux, Caroline Bujold, Yellowknife est la seule communauté à avoir officiellement fait part de son intérêt pour une candidature, mais d’autres l’ont contactée pour lui poser des questions.

Les villes intéressées à accueillir les Jeux en 2023 ont jusqu’au 30 septembre pour poser leur candidature. La ville choisie sera ensuite dévoilée en janvier ou février 2020.

Les prochains Jeux de la francophonie canadienne auront lieu à Victoria en 2020. (Adrien Blanc/Radio-Canada)

Le choix de la ville hôte est fait par la Fédération de la jeunesse canadienne-française, qui utilise un processus objectif basé sur un système de pointage.

Selon Caroline Bujold, les deux candidates pour accueillir les Jeux en 2020, Victoria et Longueuil, avaient toutes deux de fortes candidatures. Victoria l’a finalement emporté surtout grâce aux points supplémentaires réservés aux provinces ou territoires qui n’ont jamais accueilli les Jeux.

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *