La France s’intéresse aux immigrants français dans le nord-ouest du Canada

Share
Plusieurs ressortissants français à Whitehorse, au Yukon, décident d’y avoir des enfants. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
La visite au Yukon jeudi du consul général de France à Vancouver, Philippe Suter, a donné un souffle à l’idée de la création d’une Alliance française, un organisme indépendant à vocation culturelle et éducative.

La rencontre dans les locaux de l’Association franco-yukonnaise a attiré une cinquantaine de personnes, dont de tout petits Franco-Canadiens.

Les autorités françaises dénombrent 130 Français au Yukon inscrits au registre des Français à l’étranger, mais le consul général croit qu’une centaine de plus habite probablement dans le territoire.

Le consul général de France à Vancouver, Philippe Sutter, a encouragé ses compatriotes de Whitehorse à s’inscrire sur le registre des Français à l’étranger. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
« Nous bénéficions ici d’une attractivité très forte de la part du territoire du Yukon et on ne peut que s’en satisfaire évidemment. »

Philippe Sutter, consul général de France à Vancouver

Gaël Marchand qui habite ce territoire du nord-ouest du Canada depuis des années se réjouit de l’arrivée de plus en plus nombreuse de ses compatriotes et croit opportune la création d’une Alliance française.

Gaël Marchand croit que le nombre de ressortissants français est peut-être suffisant pour créer une Alliance française. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Colin Bosc apprécie la visite consulaire qui lui permet de revoir d’autres Français installés au territoire et qu’il ne côtoie pas souvent.

Le nouveau citoyen canadien a encore du mal à vivre par moment ses deux citoyennetés et l’idée d’une Alliance française lui plaît. « C’est un enrichissement je trouve et par moment ça peut être un déchirement où on se sent un peu loin de chez soi. […] L’impression d’être un peu assis entre deux chaises. »

Une organisation nécessaire?

Marie-Alexis Dangréau aussi apprécie la rencontre de compatriotes, mais se méfie de la création d’une Alliance française.

« Effectivement, c’est important pour nous de pouvoir parler en français, échanger sur notamment le 14 juillet entre Français, mais l’Association franco-yukonnaise le fait déjà très bien donc, oui, l’Alliance française, très bonne idée, mais on n’en a pas besoin. »

Marie-Alexis Dangréau, Yukonnaise originaire de France

La directrice générale de l’Association franco-yukonnaise, Isabelle Salesse, elle-même immigrante de France, ne voit pas en quoi une Alliance française pourrait apporter plus que ce que fait déjà l’organisme francophone.

« L’Association nous offre déjà des activités culturelles. On offre déjà des cours de français, vu le bassin de la population du Yukon, ce ne serait pas nécessaire d’avoir une nouvelle association. »

La directrice affirme toutefois vouloir mieux répondre aux besoins des Français au territoire dans le cadre de la stratégie « Communauté accueillante » pour laquelle des consultations sont prévues début septembre.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Une pensée sur “La France s’intéresse aux immigrants français dans le nord-ouest du Canada

  • Avatar
    mardi 27 août 2019 à 18:07
    Permalink

    Bravo pour cette visite. Si tous les francais habitants dans les Territories du nord-ouest etaient enregistres au Consulat General de Vancouver, pourrions-nous peut-etre avoir un employe pour se deplacer a Yellowknife, pour faire les passeports, au lieu de rendre a Vancouver!!!! Il faut vraiment aimer la France car ce voyage est couteux! Un passeport qui m’a coute 1000$! Edmonton/Vancouver et une nuit a Edmonton, avant de reprendre mon avion pour Fort Smith (1054.00$ aller/retour en plus). Bonne visite, et merci aux employes du Consulat de Vancouver qui ont ete super sympats et accommodants.

    Répondre
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Répondre à Marie-Christine Aubrey Annuler la réponse

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *