La longue chaîne de négligences derrière le déversement de l’Exxon Valdez

Share
Des remorqueurs traînent l’Exxon Valdez dans la baie du Prince-William, le 5 avril 1989, quelques semaines après un déversement de pétrole brut à l’origine de l’un des plus grands désastres écologiques de l’histoire. (Chris Wilkins/AFP/Getty Images)
Un équipage insouciant, un bâtiment mal conçu, de l’équipement défectueux, une réglementation affaiblie par le lobbying, un plan d’urgence désuet… Si le déversement du superpétrolier a eu des conséquences aussi graves, le 24 mars 1989, c’est à cause d’une série de manquements dans à peu près tous les maillons de la chaîne pétrolière. Le journaliste Étienne Leblanc raconte à Jacques Beauchamp comment la réaction inadéquate des autorités américaines a transformé un accident en l’un des plus grands désastres écologiques de l’histoire.

En tout, ce sont 40 000 tonnes, ou 42 millions de litres, de pétrole brut qui se sont déversés dans la baie du Prince-William, causant la mort de 250 000 oiseaux marins et des deux tiers de la population d’épaulards des environs, et compromettant la pêche pratiquée dans la région.

Trente ans plus tard, on trouve encore du pétrole sur les plages et les côtes au large desquelles la catastrophe est survenue.

Opération de récupération du pétrole en mer dans le détroit du Prince William, une semaine après le déversement. (Chris Wilkins/AFP)
Comédie d’erreurs

Peu après la sortie d’un étroit passage maritime avec un pilote d’appoint, le 23 mars 1989, le capitaine passe la barre à son second, qui la donne lui-même à son apprenti.

Pour éviter des morceaux d’iceberg, le capitaine ordonne de dévier du couloir de navigation prescrit pour le navire. C’est alors que ce dernier frappe le récif de Bligh, au sud de l’île Busby. L’obstacle était pourtant bien connu, mais le radar du bateau n’est pas opérationnel.

Huit des 11 citernes du pétrolier sont éventrées, 4 minutes après le début du Vendredi saint.

Des milliers d’oiseaux ont été mazoutés au cours de la catastrophe. (Jack Smith/The Canadian Press/Associated Press)

Le capitaine, soupçonné plus tard d’avoir été en état d’ébriété au moment de l’accident, passe un appel d’urgence, mais il faudra 12 heures avant qu’une première équipe d’intervention ne soit sur les lieux. Quand cette dernière arrive, du dispersant chimique est appliqué maladroitement et rate sa cible. C’est ainsi que le pétrole, alors déversé sur un kilomètre ou deux, forme une mare de 700 km au large des côtes.

Sur celles-ci, davantage de dispersant chimique est utilisé, aggravant les conséquences de l’accident sur l’écosystème. Des mois plus tard, on n’a récupéré que 15 % du pétrole écoulé.

Le 21 avril 1989, des équipes de décontamination tentaient toujours de déloger le pétrole brut écoulé de l’Exxon Valdez des côtes de l’Alaska au moyen de jets à haute pression. (Rob Stapleton/The Associated Press)
Des procès longs et peu productifs

Les actions judiciaires contre Exxon, qui tente sans succès de mettre en cause son capitaine, se poursuivent jusque dans les années 2000. Au terme des procédures, la multinationale est condamnée à payer 500 millions de dollars aux 30 000 plaignants – les pêcheurs et autres personnes touchées par la catastrophe –, dont 4000 sont morts pendant le délai.

Cette somme s’ajoute aux 2,5 milliards déboursés par la société pour le nettoyage du site de l’accident, qui a nécessité 10 000 bateaux et des milliers de travailleurs.

Un pylône a été érigé à l’endroit où l’Exxon Valdez s’est échoué le 24 mars 1989, déversant 42 millions de litres de pétrole brut. (David McNew/Getty Images)
Resserrements

Il est admis aujourd’hui qu’une réglementation aurait dû forcer l’Exxon Valdez à demeurer dans son couloir maritime, et obliger Exxon à installer une double coque sur ses bateaux, de même qu’à se doter d’un plan d’urgence régulièrement mis à jour.

Depuis la catastrophe, la société a apporté les changements nécessaires. Le gouvernement américain impose également la double coque et le respect des couloirs aux pétroliers.

À la suite de l’explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, en 2010, le gouvernement Obama a par ailleurs cherché à mieux encadrer le transport maritime du pétrole, mais l’arrivée au pouvoir de Donald Trump a plutôt imposé un recul à la protection des milieux marins.

Selon Étienne Leblanc, l’assouplissement des règles pour les pétrolières, couplé à un intérêt croissant pour l’exploration en Arctique en raison du réchauffement climatique, rend bien réel le risque qu’un tel accident se produise à nouveau.

Share
Aujourd'hui l'histoire, Radio-Canada

Aujourd'hui l'histoire, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *