Légalisation du cannabis : la situation un an plus tard au Yukon, dans le Nord canadien

Share
Le 17 octobre 2018, l’ouverture de la première boutique de vente de cannabis au Yukon avait attiré des dizaines de clients. Un an plus tard, la boutique du gouvernement fermera ses portes pour laisser place au secteur privé. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
La boutique de vente de cannabis du gouvernement du territoire du Yukon, dans le nord-ouest du Canada, ferme ses portes jeudi, un an jour pour jour après son ouverture officielle au moment de la légalisation au Canada.

Le ministre responsable John Streicker rappelle qu’il n’avait jamais été question pour le territoire de s’occuper de la vente au détail à long terme. Le Yukon demeure toutefois l’unique fournisseur de cannabis récréatif, et continuera la vente au détail en ligne.

Le ministre responsable de la Société des alcools du Yukon, John Streiker, est ravi du chemin parcouru depuis la légalisation du cannabis au territoire. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
« Le personnel de la boutique a fait un travail remarquable pour introduire le cannabis au public et aider les gens à voir que ce pouvait être vendu de façon responsable. Et puis six mois plus tard, nous avions notre premier détaillant privé et ça se passe très bien. »

John Streiker, ministre responsable de la Société des alcools du Yukon

À Triple J’s Canna Space, la première boutique privée licenciée, Jordi Mikeli-Jones et son partenaire Jeremy Jones prennent quelques minutes pour prendre du recul.

Jeremy Jones et Jordi Mikeli-Jones aimeraient que les gouvernements assouplissent les règles entourant la vente au détail privée de cannabis. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
« Nous croyions que ce serait facile, qu’il ne suffisait que de franchir cette montagne que d’obtenir notre permis. Mais nous avons réalisé que le travail ne faisait que commencer. »

Jordi Mikeli Jones, copropriétaire, Triple J's Canna Space

Le couple affirme que les ventes vont bon train, la demande bel et bien présente, mais l’approvisionnement demeure insuffisant et la sélection de produits encore trop faible.

« J’irais jusqu’à dire qu’il y a de l’hypocrisie quand on compare la gestion de l’alcool et celle du cannabis. Il y a tellement de restrictions que les gens ne savent même pas qu’on existe! »

Les propriétaires de la boutique Triple J’s Canna Space déplorent les règles strictes qui les empêchent de faire de la publicité. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Jeremy Jones dénonce ne pas pouvoir faire de publicité ou d’offres promotionnelles, et surtout, ne pas pouvoir acheter directement des producteurs. Les deux commerçants sont d’avis que les gouvernements doivent assouplir les règles.

Le couple attend par ailleurs impatiemment que des producteurs locaux puissent obtenir du gouvernement fédéral leur licence et commencer à fournir le marché.

Le gouvernement du Yukon a dû dépenser un million et demi de dollars en frais de démarrage pour assurer la vente de cannabis récréatif au territoire. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Le marché noir, l’ennemi commun

Le ministre John Streicker et les commerçants s’entendent pour dire que l’objectif premier à atteindre demeure celui d’enrayer ou à tout le moins affaiblir le marché noir.

Et le principal obstacle est le prix de revente. « Le marché noir est meilleur marché et avec le modèle de distribution en place, les taxes et le prix de revente font monter les prix. »

Mais le ministre John Streicker est plutôt d’avis que la première année de vente a permis de retirer au marché noir 2 millions de dollars en vente, soit 137 kilos de cannabis, en date du 31 mars 2019.

« Pendant cette période, jusqu’à la fin mars, il se trouve que le Yukon a le mieux réussi au pays à déloger le marché noir. »

John Streicker, ministre responsable de la Société des alcools du Yukon

Le ministre admet que tout n’est pas parfait, il aimerait par exemple voir des producteurs locaux pouvoir réutiliser l’empaquetage pour des raisons environnementales, mais somme toute se réjouit du travail accompli.

Quant aux travailleurs de la boutique publique? « Je leur ai tous écrit une lettre de recommandation », dit le ministre qui ira saluer leur départ jeudi.

Les propriétaires de la boutique de leur côté cherchent à diversifier l’offre de services dans l’édifice avec des consultations et la vente de produits pour la pousse de plants de marijuana et bientôt, un salon de massage aux produits dérivés du cannabis.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *