Des images satellites dévoilent une fonte des glaces exceptionnelle en Antarctique

Les températures sur le continent antarctique ont atteint de nouveaux records en février et les conséquences sont visibles depuis l’espace, comme le montrent ces photos prises par des satellites de la NASA.

Le 6 février 2020, la station de recherche argentine Esperanza, située à la pointe nord du continent, a vu le mercure atteindre 18,3 °C. En guise de comparaison, il faisait la même température à Los Angeles, aux États-Unis. 

Ce record doit encore être vérifié par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) même si elle paraît convaincue de sa véracité. 

L’organisation onusienne est toutefois plus sceptique pour ce qui est de l’annonce par de nombreux médias d’un autre record de 20,75 °C, le 9 février.

« L’OMM cherche à obtenir les données de température exactes pour une station de surveillance située sur l’île Seymour, qui fait partie d’un archipel au large de la péninsule antarctique. Selon les médias, les chercheurs ont enregistré une température de 20,75 °C. M. Cerveny [Le rapporteur de l’OMM sur les phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes] a averti qu’il est prématuré de dire que l’Antarctique a dépassé 20 °C pour la première fois », a indiqué l’OMM par voie de communiqué.

La NASA confirme cependant que cette vague de chaleur s’est poursuivie jusqu’au 13 février. Cela a grandement affecté la banquise ainsi que la calotte glaciaire d’Eagle Island, comme le montrent les images ci-dessus.

« Je n’ai jamais vu de bassins de fonte se développer aussi rapidement en Antarctique », a déclaré par voie de communiqué Mauri Pelto, un glaciologue au Collège Nichols.

« On voit ce genre de fonte en Alaska et au Groenland, mais généralement pas en Antarctique. »Mauri Pelto, glaciologue au Collège Nichols

Eagle Island est située près de la station Esperanza.

Environ 20 % de la neige accumulée sur l’île a fondu lors de ce seul épisode de chaleur.

Pour M. Pelto, cette fonte est causée par des températures élevées persistant sur plusieurs jours. De tels réchauffements ne sont devenus courants que depuis quelques années, ajoute-t-il.

Le climatologue Xavier Fettweis a calculé la quantité d’eau qui, en fondant, a été déversée dans l’océan. Selon lui, cette vague de chaleur a été le facteur qui a le plus contribué à l’élévation du niveau de la mer cet été.

Traduction : Juste pour vous donner une idée, j’ai tracé la quantité d’eau fondue atteignant l’océan depuis la péninsule, telle que simulée par le [modèle climatique régional] MAR forcée par le GFS [système de prévision mondiale]. Bien que les chiffres absolus doivent être confirmés, la récente vague de chaleur a été la contribution la plus importante à l’élévation du niveau de la mer cet été.

Les images ci-dessous mettent en avant la fonte de la banquise sur la même péninsule du 4 au 13 février 2020. On peut voir Eagle Island en bas à gauche de l’image.

La troisième vague de chaleur de la saison

Les experts de la NASA soulignent dans leur communiqué qu’il s’agit là de la troisième vague de chaleur de l’été austral. Elle serait due à une combinaison de phénomènes météorologiques.

Des vents plus faibles ont permis à une masse d’air chaud de se déplacer depuis l’Amérique du Sud vers l’Antarctique et d’y stagner pendant quelques jours.

Deux autres vagues de chaleur similaires ont eu lieu en novembre 2019 et janvier 2020.

« Si vous considérez ce seul événement de février, il n’est pas si important », a déclaré M. Pelto. « Il est plus pertinent de constater que ces événements se produisent plus fréquemment ».

En parallèle, le glacier de l’île du Pin, un des glaciers de l’Antarctique qui se réduisent le plus rapidement, a perdu plusieurs icebergs durant la même période. Le plus large d’entre eux fait 100 km2.

Après plusieurs mois d’attente entre 2019 et début 2020, les scientifiques ont observé des fissures se former sur Pine Island Glacier, en Antarctique. L’attente a pris fin le 9 février 2020, lorsque de nombreux icebergs se sont détachés du glacier, dont le plus gros est surnommé B-49. Photo prise le 11 février 2020 (Lauren Dauphin/NASA Earth Observatory)

Ce n’est pas la première fois que le glacier de l’île du Pin se sépare de grands icebergs. Ce phénomène avait habituellement lieu tous les quatre à six ans. Aujourd’hui, le vêlage a lieu presque tous les ans et les icebergs ont tendance à se fragmenter plus facilement.

Pour les scientifiques, cela indique la fragilité de la banquise provoquée par des courants d’eau chaude qui viennent faire fondre le glacier par-dessous.

Mathiew Leiser, Regard sur l'Arctique

Mathiew Leiser, Regard sur l'Arctique

Né dans le sud de la France d'une mère anglaise et d'un père français, Mathiew Leiser a parcouru le monde dès son plus jeune âge. Après des études de journalisme international à Londres, il a rapidement acquis différentes compétences journalistiques en travaillant comme journaliste indépendant dans divers médias. De la BBC à l'Agence France Presse en passant par l'agence d'UGC Newsflare, Mathiew a acquis de l'expérience dans différents domaines du journalisme. En 2019, il décide de s'installer à Montréal pour affronter les hivers rigoureux et profiter des beaux étés mais surtout développer son journalisme. Il a rapidement intégré Radio Canada International où il s'efforce de donner le meilleur de lui-même au sein des différentes équipes.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *