Coronavirus et Jeux de l’Arctique: « Nous sommes prêts », déclarent les organisateurs canadiens

Lucy Coulthard, vice-présidente de l’administration et des finances des Jeux d’hiver de l’Arctique 2020 affirme que l’organisation est prête à affronter une éclosion de virus. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
L’organisation des Jeux d’hiver de l’Arctique à Whitehorse affirme être prête à tenir l’événement à compter du 15 mars prochain malgré l’éclosion du coronavirus.

Les organisateurs travaillent de pair avec le bureau du médecin hygiéniste en chef pour s’assurer que toutes les mesures de prévention sont en place, affirment-ils dans un communiqué de presse publié lundi.

Les athlètes rassemblés à Hay River pour la cérémonie de clôture des Jeux d’hiver de l’Arctique en 2018. (Mario de Ciccio/Radio-Canada)

Whitehorse se prépare à accueillir environ 2000 athlètes et délégués de neuf régions circumpolaires pour les Jeux d’hiver de l’Arctique qui auront lieu du 15 au 21 mars.

La vice-présidente de l’administration et des finances des Jeux d’hiver de l’Arctique 2020, Lucy Coulthard, croit important de rappeler que pour l’instant, aucune des régions participantes n’a encore enregistré de cas du coronavirus.

« Nous avons géré ce genre de situation dans le passé. Nous avons par exemple vécu une éclosion de coqueluche. Il y a toujours un risque avec un grand groupe de jeunes, mais nous faisons tout en notre possible pour l’atténuer. » Lucy Coulthard, vice-présidente de l'administration et des finances, Jeux d'hiver de l'Arctique 2020
Au quartier général de l’organisation des Jeux d’hiver de l’Arctique, des boîtes de mouchoirs achetées en prévision d’une demande accrue de protection contre les virus ont été empilées en forme d’un inukshuk. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Lucy Coulthard affirme que des provisions supplémentaires d’antiseptique pour les mains, de mouchoirs et de lingettes antiseptiques ont été faites. Des salles d’isolement ont également été prévues dans chaque résidence au cas où une éclosion se déclenche.

L’organisation rappelle que le coronavirus n’est pas la seule menace d’infection. Selon le bureau du médecin hygiéniste en chef, trois souches de grippe circulent ces jours-ci au Yukon.

À Whitehorse, les étagères des magasins ont été vidées d’antiseptique pour les mains et de masques de protection de tous types. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Si la situation s’avérait à empirer, l’organisation est prête à revoir la tenue de compétitions, mais le chef de mission d’Équipe Yukon, Trevor Twardochleb, n’entrevoit pas une telle situation.

« C’est notre devoir d’assurer la santé et la sécurité des athlètes dans tout événement sportif d’envergure. C’est toujours une préoccupation que de répéter aux athlètes de se laver les mains, de nettoyer leur chambre, de ne pas se toucher le visage ou les yeux. »

« Le risque est faible, mais il faut être prêt, absolument. »Trevor Twardochleb, chef de mission, Équipe Yukon

Claudiane Samson, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.