Les territoires du Nord canadien se préparent à faire face au coronavirus

Les gouvernements des territoires du Nord canadien se préparent à d’éventuels cas de coronavirus. Sur cette image, un voyageur porte un masque lors de son arrivée à l’aéroport international Pearson de Toronto. (Carlos Osorio/Reuters)
Même si aucun cas de coronavirus n’a pour le moment été enregistré dans l’Arctique canadien, les gouvernements des trois territoires nordiques affirment être préparés à cette éventualité.

« Nos professionnels de la santé sont tout à fait préparés et sauront quoi faire si un cas se déclare au Yukon », a affirmé mardi le médecin hygiéniste en chef du Yukon, Brendan Hanley, par voie de communiqué.

Pour l’instant, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut considèrent comme faible le risque d’infection. Tous ont dit qu’ils travaillaient étroitement avec l’Agence de la santé publique du Canada « pour fournir aux professionnels de la santé les renseignements les plus à jour et leur donner des conseils pour repérer et dépister rapidement le nouveau coronavirus », selon Brendan Hanley.

Dans un échange de courriels, le gouvernement du Nunavut a fait savoir que les centres de santé du territoire étaient en mesure de placer d’éventuels patients en quarantaine.

« Le médecin hygiéniste en chef du Nunavut a alerté les hôpitaux [et les] centres de santé ainsi que les travailleurs de la santé pour qu’ils fassent preuve de vigilance s’ils voient des patients présentant des symptômes associés au coronavirus, surtout s’ils ont récemment voyagé dans les régions touchées », soutient la porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux du Nunavut, Alison Griffin.

L’hôpital général Qikiqtani, à Iqaluit, au Nunavut, comprend une trentaine de lits et dessert quelque 16 000 personnes vivant dans la région de Qikiqtani, selon le gouvernement territorial. (CBC)

De son côté, le ministère de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest affirme évaluer actuellement les retombées de l’épidémie sur son système de santé.

« Les étiquettes respiratoires et de préparation sont nos meilleurs moyens de défense pour réduire les risques de transmission dans l’éventualité où un cas [d’infection] survienne dans les prochains mois », mentionne le porte-parole du ministère ténois de la Santé et des Services sociaux, Damien Healy.

Urgence sanitaire

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, les symptômes du coronavirus peuvent varier entre de la toux, des difficultés respiratoires et de la fièvre. Dans certains cas plus graves, l’infection peut causer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort.

Devant l’avancée du virus – et l’annonce de premiers cas au Canada – les autorités de santé publique ont mis en place plusieurs mesures pour détecter et traiter le virus, comme la diffusion de messages sur les écrans d’arrivée aux aéroports internationaux de Vancouver, de Toronto et de Montréal pour rappeler aux visiteurs d’informer les agents de services frontaliers s’ils présentent des symptômes s’apparentant à ceux de la grippe.

Jeudi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré l’état d’urgence de santé publique internationale. Le plus récent bilan des autorités chinoises est passé à 170 morts et un peu plus de 8000 personnes infectées, selon Reuters.

Le gouvernement chinois tente d’endiguer la propagation du virus depuis plusieurs semaines, notamment en mettant en place des mesures de quarantaine. (Kevin Frayer/Getty Images)
Malgré l’absence de cas dans le Nord, l’industrie du tourisme déjà ralentie

Même si les territoires du Nord sont jusqu’à maintenant épargnés par l’épidémie, l’industrie du tourisme en ressent tout de même les contrecoups.

Depuis les derniers jours, des agences de voyages des Territoires du Nord-Ouest font face à une série d’annulations de touristes chinois.

« Plusieurs groupes de différentes tailles ont annulé, ce qui représente une trentaine de personnes, indique le président de l’agence de voyages Canadian Scenery Travel, Isaac Wu. J’espère que ça va se régler rapidement. » Il explique qu’environ 85 % des clients de la succursale de Yellowknife proviennent de Chine.

La quasi-totalité de la clientèle de l’agence de voyages Canadian Scenery Travel de Yellowknife est originaire de Chine. (Photo: Canadian Scenery Travel)

Même son de cloche pour l’agence Yellowknife Tours, où deux groupes d’une vingtaine de personnes ont dû abandonner leurs plans de voyages. « C’est certain que pour nous, ça a un impact négatif », souligne la directrice Angela Law.

Mardi, l’Administration nationale de l’immigration a recommandé aux citoyens chinois de reporter la date prévue de leurs voyages à l’étranger pour limiter la propagation du coronavirus, a rapporté l’Agence France Presse.

La Chine arrive en deuxième position des pays d’origine des touristes qui se rendent aux Territoires du Nord-Ouest, que ce soit pour faire de l’observation d’aurores boréales ou des activités de plein air.

Le ministère ténois de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement considère qu’il est encore trop tôt pour déterminer quel sera l’impact de l’épidémie sur l’industrie touristique. Mais l’un de ses porte-parole, Drew Williams, indique que le ministère travaille actuellement avec celui de la Santé et des Services sociaux pour informer le public sur les précautions à prendre.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *