Garde côtière canadienne : les marins seront finalement testés

Le brise-glace Louis S. St-Laurent. (Garde côtière canadienne)

Les équipages des brise-glace de la Garde côtière canadienne auront droit à des tests de dépistage de la COVID-19 avant de partir en mission pour l’Arctique.

Ce revirement de situation survient alors qu’un imbroglio risquait de compromettre l’approvisionnement de dizaines de communautés du Grand Nord.

La semaine dernière, Radio-Canada révélait que les marins de trois brise-glace, dont les équipages sont principalement basés au Québec, menaçaient de ne pas monter à bord des navires si des tests de dépistage n’étaient pas effectués systématiquement.

Or, la Garde côtière canadienne (GCC) vient de confirmer par écrit que des « tests de prédéploiement » seront finalement effectués.

« À la suite de discussions très constructives avec les autorités de santé publique de la province de Québec, nous avons obtenu le test de dépistage de la COVID-19 pour tous les membres d’équipage de la Garde côtière canadienne se déployant cette saison dans l’Arctique à partir de Québec. » Garde côtière canadienne
Ce développement survient quelques jours à peine avant le départ des premiers brise-glace pour le Grand Nord.

« Nous mettons actuellement au point la logistique de ces tests et nous vous communiquerons de plus amples renseignements une fois les détails confirmés », a indiqué la Garde côtière canadienne dans un message qu’elle a fait parvenir en milieu d’après-midi.

Soupir de soulagement

Dans une note de service datée du 25 mai, le commandant du Pierre Radisson avait prévenu les dirigeants de la GCC du danger qu’une propagation du virus à bord représentait pour son équipe.

« Une évacuation médicale en Arctique peut prendre plusieurs jours. Dans l’Arctique, les brise-glace se trouvent à au moins trois jours de navigation du port de refuge canadien le plus proche », écrivait alors Stéphane Julien.

Mais l’enjeu n’en était pas seulement un de santé publique. Des dizaines de communautés éloignées du Nord-du-Québec et de l’Arctique dépendent de la Garde côtière pour l’approvisionnement de plusieurs biens essentiels pour toute une année.

Une présence réduite des brise-glace dans le Grand Nord aurait pu perturber les activités des transporteurs maritimes et la vie de ces communautés.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *