Un leader inuit s’exprime sur le nom de l’équipe de football d’Edmonton

Natan Obed est président de l’organisation Inuit Tapiriit Kanatami, qui représente 65 000 personnes à travers le pays. (Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne)
Natan Obed, président de l’Inuit Tapiriit Kanatami, la principale organisation inuit nationale, s’est entretenu avec CBC/Radio-Canada concernant la controverse entourant le changement de nom de l’équipe de football d’Edmonton. Il explique que la modification du nom de l’équipe représenterait une victoire pour l’autodétermination du peuple inuit du Canada.

 Une équipe de sport professionnel ou quelconque corporation ne devrait pas pouvoir utiliser les autochtones comme mascotte , affirme d’emblée Natan Obed.

Le président de l’organisation inuit qui représente 65 000 personnes à travers le Canada espère que l’équipe de football professionnelle d’Edmonton changera bientôt son nom, comme l’a récemment fait l’équipe de la Ligue nationale de football de Washington.

Selon lui, les manifestations du mouvementBlack Lives Matter(BLM) des derniers mois ont aidé les communautés autochtones à faire entendre leurs revendications.

« Les derniers mois ont été transformateurs. […] Les partenariats qui ont été faits entre les communautés autochtones et le mouvement BLM ont eu d’importantes ramifications à travers l’Amérique du Nord. »Natan Obed, président, Inuit Tapiriit Kanatami
« De plus en plus de gens sont prêts à se battre pour les Autochtones qui trouvent ces mascottes offensives, racistes et dépassées. »Natan Obed
Une question d’autodétermination

Même s’il admet que le débat entourant le nom de la formation albertaine crée des divisions au sein de la communauté inuite au Canada, Natan Obed croit que son abandon par l’équipe est essentiel au processus d’autodétermination de son peuple.

« La manière dont nous nous appelons entre nous nous appartient. […] Aucune société ne devrait pouvoir utiliser des noms inuit pour nommer ses équipes, ses produits ou ses marques et en plus nous exclure de toutes considérations entourant l’emploi de ces termes. »Natan Obed

Selon lui, l’utilisation de mascottes ou de noms autochtones comme le font certaines équipes sportives est une des manières dont s’exprime le racisme systémique.

« Cela affecte nos enfants, notre identité, notre santé mentale. Même si cela n’est pas perceptible au niveau individuel et même si cela fait débat dans la communauté, nous devons protéger ceux que cela blesse. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour enrayer le racisme systémique dont sont victimes les Inuit de ce pays », dit-il.

Il ajoute qu’une décision de l’équipe de football d’Edmonton d’abandonner son nom actuel permettrait de confirmer que l’emploi du mot « esquimau » n’est plus socialement acceptable.

« Je pense que ce serait l’élément positif le plus important dans tout cela. »

« Quand le nom sera changé, je serai un peu plus en paix et j’espère que je pourrai commencer à réparer les relations qui ont été brisées par cette controverse. »Natan Obed

Avec les informations de Nick Murray

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *