Des gilets de sauvetage gratuits pour éviter les noyades dans le Nord canadien

La municipalité d’Inuvik dispose d’une centaine de gilets de sauvetage, mais est prête à en acheter davantage si nécessaire. (Mackenzie Scott/Radio-Canada)
Les municipalités d’Inuvik aux Territoires du Nord-Ouest et de Dawson au Yukon ont conclu qu’il valait mieux rendre accessibles gratuitement des gilets de sauvetage pour prévenir les noyades cet été.

Une centaine de dispositifs de flottaison sont disponibles au centre récréatif d’Inuvik et les résidents peuvent même en faire la réservation avant d’embarquer en bateau.

À Dawson, les gilets sont installés sur des présentoirs à quatre endroits différents le long de la rivière Klondike et du fleuve Yukon.

Le service des incendies de la Ville de Dawson appelle ses quatre présentoirs des « arbres » de gilets de sauvetage à emprunter. (Service des incendies de la Ville de Dawson)

Selon la Croix-Rouge canadienne, les communautés autochtones du pays enregistrent jusqu’à 10 fois plus de décès sur l’eau que les autres communautés.

Tragédie évitée de justesse

À Dawson, l’idée est venue au service des incendies après qu’un couple mal préparé se soit retrouvé en début de saison dans une bien fâcheuse position sur la rivière Klondike dont le débit était particulièrement fort et rapide.

Selon le chef des pompiers, Mike Masserey, le couple n’avait pas de gilets de sauvetage quand il a frappé un amas de billots et que son embarcation a chaviré : « Il s’est retrouvé coincé sur l’amas de bois au beau milieu de la rivière. »

Le niveau de l’eau de la rivière Klondike en amont de Dawson a causé des soucis lors de la crue du printemps. (Wayne Potoroka)

Si le couple a pu être secouru par les Rangers canadiens qui participaient à un exercice tout près, la malchance aurait pu vite tourner au drame, affirme le chef pompier.

« Les eaux sont très rapides et les gens sous-estiment les courants sous-marins. […] Nous voulons prévenir si possible les noyades. »Mike Masserey, chef du service des incendies de Dawson
La tradition du bateau

Le directeur aquatique de la municipalité d’Inuvik, Bob Everett, espère de son côté que l’initiative permettra une meilleure sécurité sur l’eau pendant la belle saison.

« On voit beaucoup de gens partir en bateau sans porter de dispositif de flottaison et risquer la noyade. [Ces vestes] pourront au moins les garder au-dessus de l’eau, les retourner sur le dos et les garder vivants. »Bob Everett, directeur aquatique de la municipalité d’Inuvik
Une habitude à développer

Malgré les efforts de la municipalité pour en faire la promotion, aucun gilet de sauvetage n’a encore été emprunté. Un système de nettoyage et d’aseptisation a été prévu pour les gilets qui seront retournés.

« Une date de retour serait appréciée, mais n’est pas obligatoire. Nous voulons seulement voir tout le monde porter un dispositif de flottaison. »Bob Everett
Le maître-nageur d’Inuvik Arn Guama, à gauche, et le directeur aquatique Bob Everett devant la nouvelle station de prêt de gilets de sauvetage. (Mackenzie Scott/Radio-Canada)

L’an prochain, la municipalité d’Inuvik envisage d’installer une station de vestes directement au site de mise à l’eau.

Du côté de Dawson, Mike Masserey affirme que les stations de prêt semblent bien utilisées.

Avec les informations de Mackenzie Scott et Elyn Jones

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *