Sur la voie d’une commission scolaire autonome pour les Premières Nations du Yukon

Les Premières Nations veulent notamment travailler en collaboration avec la Commission scolaire francophone du Yukon. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Le Conseil des Premières Nations du Yukon a annoncé jeudi la création de la Direction de l’Éducation pour les Premières Nations du Yukon.

Cette entité régionale constituée de 12 membres doit « faciliter la création d’une commission scolaire » indépendante au territoire, peut-on lire dans un communiqué.

Une fois créée, la commission scolaire aura comme mission d’offrir un enseignement qui reflète les réalités culturelles des enfants issus des Premières Nations tout en respectant leurs traditions ancestrales.

La directrice générale de la Direction de l’Éducation pour les Premières Nations du Yukon, Melanie Bennett, croit que les Autochtones du territoire doivent « reprendre le contrôle sur l’enseignement offert à leurs enfants. »

En 2019, un audit du Bureau du vérificateur général du Canada a mis en lumière les écarts entre le taux de réussite des élèves issus des Premières Nations et les autres élèves yukonnais.

Les Premières Nations du territoire déplorent depuis plusieurs années un manque de soutien du gouvernement du Yukon dans le système d’éducation.

« Depuis des générations, les Premières Nations du Yukon savent par expérience que si elles ne se sentent pas acceptées, impliquées, engagées et heureuses d’être à l’école, elles ne deviendront pas prospères [et] elles n’apprendront pas. »Peter Johnston, grand chef du Conseil des Premières Nations du Yukon

L’entité indépendante espère notamment créer une école destinée aux Premières Nations à Whitehorse.

Le chef du Conseil des Premières Nations du Yukon, Peter Johnston. (Claudiane Samson/ Radio-Canada)
S’inspirer de la commission scolaire francophone

Elle a par ailleurs entamé des discussions avec la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY) – la seule commission scolaire du territoire – pour s’inspirer de son expérience de gouvernance en milieu minoritaire et ainsi atteindre ses objectifs.

Le président de la CSFY, Jean-Sébastien Blais, voit d’un bon œil l’éventuelle création d’une commission scolaire pour les Premières Nations du territoire.

« On est contents de soutenir leur réflexion [et] de leur partager nos documents. Je pense qu’ils ont avantage à créer un modèle à leur image, avec leurs valeurs [et] leurs souhaits pour leurs élèves. »Jean-Sébastien Blais, président de la CSFY

On est contents de soutenir leur réflexion [et] de leur partager nos documents. Je pense qu’ils ont avantage à créer un modèle à leur image, avec leurs valeurs [et] leurs souhaits pour leurs élèves.

Jean-Sébastien Blais voit par ailleurs le potentiel de collaboration entre la CSFY et une future commission scolaire pour les Premières Nations du Yukon. 

« S’il y a une deuxième commission scolaire qui voit le jour au Yukon, ce serait bien que les commissions scolaires puissent travailler ensemble sur des projets qui, peut-être, pourront être communs. »Jean-Sébastien Blais, président de la CSFY

Avec les informations de Claudiane Samson

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *