Un jeune ours polaire en proie à la fonte des glaces

Avec Waluk, Emilio Ruiz et Anna Mirallès signent un récit initiatique au cœur d’une nature fragilisée par les changements climatiques. (Les Éditions Dargaud)
Un ambitieux roman graphique en deux tomes raconte les périples de deux ours polaires dans la tourmente des changements climatiques. Publiée en français par les éditions Dargaud, l’œuvre baptisée Waluk est une réflexion magnifique et poétique sur l’Arctique en pleine transformation.

Waluk, c’est le nom d’un ourson blanc qui se retrouve du jour au lendemain à apprendre à se nourrir seul après le départ de sa mère. On le découvre au fil des pages en compagnie d’Eskimo, un vieux mâle fatigué par la dureté de la vie.

Le vétéran décide de prendre sous son aile l’inexpérimenté Waluk afin de lui enseigner les rudiments de la vie en terre polaire. Sous la beauté des aurores boréales, il lui conseille également de se méfier des hommes. Alors que leur environnement est bouleversé par la hausse des températures et la fonte de la banquise, les deux animaux doivent entreprendre une aventure loin de chez eux afin de trouver de la nourriture.

En entrevue dans le magazine spécialisé Hollywood Reporter, l’éditeur américain Magnetic Press a expliqué avoir ressenti un véritable coup de cœur à la première lecture de ce roman graphique imaginé par le duo espagnol Ana Mirallès et Emilio Ruiz. Il a rappelé que la maison d’édition indépendante se fait un point d’honneur à publier des ouvrages liés à la conservation de la faune et à l’éducation.

« Mon style s’efforce toujours de s’adapter à l’histoire que je raconte. Je me suis efforcé de refléter les vastes paysages de l’Arctique et les personnages avec une utilisation limitée du graphisme, laissant le traitement du volume pour la couleur. »Ana Mirallès

De l’aveu même des auteurs, Waluk se veut un conte initiatique et philosophique entre deux personnages principaux que tout oppose. Il est surtout question de la transmission du savoir, celle qui rassemble les générations. Avec un style presque minimaliste où l’entendue des régions nordiques est illustrée par une palette de couleurs pastelles, le diptyque élégant, scénarisé par le Belge Jean Dufaux, s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

Apprendre à chasser est une vital pour les ours polaires. (Les Éditions Dargaud)
Une espèce « vulnérable »

Considéré comme une espèce « vulnérable » selon le classement de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’ours polaire vit dans l’Arctique. On estime que la population actuelle compterait de 20 000 à 25 000 individus à l’échelle de la planète. Notons que le Canada abrite les deux tiers de la population mondiale d’ours blancs.

Les changements climatiques mettent à mal la survie des ours polaires. Dans une étude publiée en juillet dernier dans Nature Climate Change, des chercheurs se sont penchés sur la plus grande menace qui pèse aujourd’hui sur les ours blancs : la disparition progressive de leur habitat, la banquise.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *