La Chine lancera un satellite pour surveiller l’Arctique

Le navire de recherche et brise-glace Xuelong fait partie de l’arsenal chinois en Arctique. (STR/AFP/Getty Images)
Selon les médias officiels chinois, Pékin serait sur le point de lancer un nouveau satellite afin de surveiller les routes maritimes de l’Arctique.

La publication gouvernementale Shangai Daily rapportait vendredi les propos de Cheng Xiao, scientifique principal de l’Université Sun Yat-sen située dans la province de Guangzhou qui développe le satellite en collaboration avec l’Académie chinoise de technologie spatiale.

Il a indiqué que l’engin en question serait capable de couvrir la plupart des régions de l’Arctique, et ce en une seule journée.

Si l’on en croit les dires du développeur, le satellite possède des technologies avancées. Une fois en orbite, à une altitude de 720 kilomètres, il peut produire des images satellitaires de très haute qualité avec une résolution de 50 mètres et une largeur de 300 kilomètres.

Les autorités chinoises ont expliqué que les données recueillies par le satellite d’imagerie radar à synthèse d’ouverture (RSO) seraient utilisées pour surveiller et prévoir les étendues de la banquise, les effets des changements climatiques et les « catastrophes » maritimes.

L’Arctique est une région très convoitée par Pékin, un pays avide d’énergie, pour ses réserves encore largement inexploitées de pétrole et de gaz naturel. (STR/AFP/Getty Images)

Avec le lancement de ce satellite prévu pour 2022, Pékin confirme ses intentions de surveillance sur les routes maritimes de l’Arctique. Le pays ne cache pas non plus ses visées sur les ressources de la région en pleine transformation climatique. En effet, la glace qui recouvre l’extrême nord commence à reculer suffisamment en été pour permettre la navigation dans la région et l’accès aux richesses naturelles.

À ce titre, la Chine investit déjà dans le Grand Nord canadien, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest, où elle a mis la main sur plusieurs mines de nickel, de fer et de zinc.

Plusieurs experts rappellent d’ailleurs que l’empire du Milieu considère le pôle Nord comme un important objectif stratégique, notamment en ce qui concerne les fameuses « routes polaires de la soie ».

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *