Au Canada, le Yukon vise une reprise touristique complète d’ici trois ans

Le plan de relance du Yukon bâtit une ambiance favorable pour l’industrie touristique, selon un entrepreneur. (Beyond Expeditions)
Le gouvernement du Yukon souhaite relancer son industrie touristique en seulement trois ans, notamment en polissant l’image de marque du territoire et en appuyant les commerçants touchés par la pandémie. Le plan stratégique récemment dévoilé devrait même lui permettre de garder le cap sur les objectifs ambitieux qu’il s’est donnés l’an dernier.

Avant que la COVID-19 ne vienne y mettre un frein, le tourisme était un secteur important de l’économie du territoire avec près de 370 millions de dollars de revenus.

« Notre but est de revenir au niveau des emplois et des revenus que générait le secteur touristique en 2019, et ce, d’ici trois ans. »Jeanie McLean, ministre du Tourisme et de la Culture du Yukon

Le gouvernement a donc proposé un plan de relance de 15 millions de dollars en trois ans, dont près de 4 millions ont déjà été alloués. Le plan compte 19 mesures qui s’articulent autour de quatre grands axes.

La ministre souhaite ainsi assurer un leadership pour l’industrie tout en restaurant la confiance et en rebâtissant les capacités touristiques, contribuer au rétablissement des exploitants de l’industrie et polir l’image de marque du Yukon pour attirer les touristes.

« C’est difficile de déterminer à quel point la pandémie a nui à notre industrie touristique qui est dynamique et résiliente, mais les 10  derniers mois ont vraiment été une période sombre. »Jeanie McLean, ministre du Tourisme et de la Culture du Yukon

Elle croit que le plan récemment annoncé permettra de doubler les revenus de l’industrie touristique au cours de la prochaine décennie, un objectif que le gouvernement s’était fixé avant la pandémie.

Une ambiance favorable à la relance

Le gouvernement n’a toujours pas précisé qui dans l’industrie bénéficiera de l’aide financière.

Maxime Gouyou-Beauchamps croit que la relance économique du secteur touristique doit se faire avec la collaboration de tous les Yukonnais. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

L’entrepreneur touristique Maxime Gouyou-Beauchamps, souligne toutefois que l’annonce donne le bon ton et que cela bâtit une ambiance favorable pour la relance.

« Ça va prendre du temps, évidemment, mais on regarde de l’avant. On n’est plus seulement sur des aspects de survie de l’industrie. »Maxime Gouyou-Beauchamps, propriétaire de Terre boréale

Le soutien de la population est toutefois crucial, selon lui, pour permettre une relance viable du tourisme sans que celle-ci ne soit faite au détriment des communautés.

« On ne peut pas se dire que ça va repartir tout seul, il faut aider les opérateurs à survivre et à avoir des fonds pour relancer leur entreprise et pour pouvoir être disponibles le jour où les frontières vont rouvrir », soutient-il.

Ouvrir ou non la frontière

Il n’est cependant pas encore certain que la frontière ouvrira à temps pour la saison estivale, puisque les discussions entourant les restrictions à la frontière doivent être tenues avec le bureau du médecin hygiéniste en chef.

Le Yukon et sa capitale, Whitehorse, offrent notamment de spectaculaires aurores boréales qui attirent les touristes. (Pi Lens/iStock)

Les Yukonnais devront également être assurés que la reprise des activités touristiques ne rimera pas avec une hausse des cas de COVID-19 dans le territoire, croit l’entrepreneur.

Pour ce faire, l’un des éléments du plan de relance touristique comporte la mise en place de « protocole de voyage sécuritaire » pour les entrepreneurs de la région.

L’idée est de « s’assurer que les résidents et les voyageurs soient sûrs que les mesures nécessaires sont prises par les entreprises de la communauté », explique Jeanie McLean.

D’ici là, l’entrepreneur Maxime Gouyou-Beauchamps garde espoir et rêve du jour où les touristes parcourront à nouveau les grands espaces du Yukon.

Avec les informations de Claudiane Samson et Philippe Morin

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.