Le tourisme local permet à une ville du nord canadien de faire face à la COVID-19

La municipalité de Hay River adoptait au printemps dernier son Plan de développement touristique 2020, dont le principal objectif était d’accroitre le nombre de touristes routiers dans la région. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Comme prévu, le tourisme aura grandement été affecté, cet été, par les restrictions aux frontières visant à freiner la COVID-19. Or, compte tenu de la situation, la municipalité de Hay River aura connu un été « à succès », selon le coordonnateur au développement touristique et économique de Hay River, Peter Magill.

La municipalité adoptait au printemps dernier son Plan de développement touristique 2020, dont le principal objectif était d’accroitre le nombre de touristes routiers dans la région. On comptait alors essentiellement sur les touristes de Colombie-Britannique, de l’Alberta et de l’Ontario. C’était avant la fermeture des frontières dans le reste du pays.

Cet été, Hay River a dû compter sur les Ténois. Malgré tout, selon M. Magill, l’achalandage touristique aura été plus élevé que prévu. « Le nombre de visiteurs à Hay River cet été, provenant en très grande majorité des collectivités du territoire, a grandement dépassé nos attentes, a-t-il affirmé. Considérant la situation actuelle, on peut parler d’un réel succès. »

La campagne Hay-Cation

Essentiellement diffusée sur les médias sociaux, la campagne de promotion touristique « Hay-Cation », qui doit se poursuivre jusqu’à l’été 2021, vise à inciter les résidents des TNO à visiter les attraits du Slave Sud. Comme le démontre le Rapport sur le tourisme et le développement économique du mois d’aout, ces efforts auront visiblement porté fruit.

Selon les données recueillies auprès des visiteurs du centre d’information touristique, la plupart d’entre eux ont évoqué la campagne Hay-Cation comme principale raison de leur visite dans la région du Slave Sud.

Chute d’achalandage

Le nombre de visiteurs au Centre d’information touristique de la région représente le principal indicateur dont dispose la municipalité pour faire état de l’achalandage touristique dans la région. Les résultats reflètent les enjeux vécus par le secteur du tourisme aux TNO.

En effet, au point culminant de la saison touristique, en aout, un peu plus de 200 personnes ont visité le Centre d’information touristique de Hay River. Près de 1400 personnes s’y étaient présentées en 2019. La boutique de souvenirs du centre avait enregistré, en aout 2019, des recettes de près de 14 000 $. Cet été, les ventes ont chuté à environ 3000 $ pour le mois d’aout, et à un peu plus de 4000 $ en juillet.

Ces chiffres ne seraient toutefois pas représentatifs de la situation dans son ensemble, selon M. Magill. « Une bonne partie des touristes provenant des TNO connaissent déjà la région du Slave Sud, indique-t-il. Ils sont donc moins susceptibles de visiter de Centre d’information touristique, et de s’inscrire dans notre base de données. »

Thomas Ethier, L'Aquilon

Thomas Ethier, L'Aquilon

Pour d’autres nouvelles sur le Nord du Canada, visitez le site de L’Aquilon.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *