La fonte des glaces de mer dans l’Arctique a un impact sur les précipitations en l’Alaska, révèle une étude

De 1901 à 2016, les températures moyennes sur le continent américain ont augmenté de un degré Celsius, alors qu’en Alaska, elles ont augmenté de 4,7 degrés. (Mark Ralston/AFP/Getty Images)
Les récentes études démontrent que la glace de mer arctique diminue rapidement en raison du réchauffement climatique. Des scientifiques ont découvert que ce phénomène a un impact important sur les précipitations dans les régions de l’extrême nord de l’Alaska, qui se trouve à un carrefour climatologique avec l’océan Pacifique.

En compilant un nouveau registre des changements hydroclimatiques au cours des 10 000 dernières années dans les mers de l’Alaska, des chercheurs ont établi que les schémas de circulation dans les océans de l’Arctique et du Pacifique Nord s’influencent mutuellement.

Publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, l’étude révèle que les périodes de réduction de la glace de mer entraînent des précipitations plus importantes provenant de sources d’humidité arctiques.

Ellie Broadman, doctorante à la Northern Arizona University et auteure principale de l’étude, explique avoir développé avec son équipe un nouvel ensemble de données paléoclimatiques à partir d’une carotte de sédiments lacustres qui a été prélevée dans l’Arctique de l’Alaska.

« Les données remontent à près de 10 000 ans, et nous l’avons utilisé pour comprendre les modèles de précipitation du passé », a indiqué Mme Broadman. Elles révèlent certains processus naturels qu’il est important de comprendre lorsque nous examinons l’impact du réchauffement climatique. »

« Nous avons combiné cet ensemble de données avec des simulations de modèles et un tas de données paléoclimatiques déjà publiées et nous avons interprété toutes ces différentes pièces du puzzle pour essayer d’avoir une idée de ce qui se passait à grande échelle. »Ellie Broadman, doctorante à la Northern Arizona University et auteure principale de l’étude

Ainsi, en utilisant l’ensemble des analyses, les scientifiques ont découvert qu’il existe des preuves d’une relation entre la glace de mer dans l’Arctique et la circulation atmosphérique dans le Pacifique. Ces dynamiques peuvent rendre l’Arctique de l’Alaska plus humide ou plus sec, a précisé Mme Broadman.

« La compréhension de ces dynamiques à long terme est importante pour comprendre ce qui se passera à l’avenir, car elles nous donnent une idée de la façon dont les différentes parties du système climatique ont réagi les unes aux autres par le passé », précise la scientifique.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Une réflexion sur “La fonte des glaces de mer dans l’Arctique a un impact sur les précipitations en l’Alaska, révèle une étude

  • jeudi 18 février 2021 à 07:33
    Permalien

    bonnes informations que vous partagez avec nous, continuez à en partager plus

    Répondre
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.