Dans l’Arctique canadien, le village de Taloyoak est à deux pas de réaliser son projet de sécurité alimentaire

Le village Taloyoak a reçu le Prix Inspiration Arctique pour son projet Niqihaqut. (Geoff Robins/AFP/Getty Images)
Situé au Nunavut, sur la côte de la péninsule d’Aviqtuuq, le village de Taloyoak a récemment reçu le Prix Inspiration Arctique pour son projet de sécurité alimentaire. Ce prix est accompagné d’une bourse de 451 000 dollars.

Le projet baptisé Niqihaqut, qui signifie « notre nourriture » en inuktitut, a pour objectif d’organiser une économie alimentaire traditionnelle pour les 1100 habitants du village considéré comme le plus au nord du Canada continental.

L’alimentation traditionnelle désigne le mode de nutrition locale des peuples inuit, qui inclut des viandes de gibier, des oiseaux migrateurs, des poissons et des plantes sauvages. Dans les magasins de la région, les populations ont généralement accès à de la nourriture dispendieuse apportée par avion en provenance du Sud.

Depuis plusieurs années, les bouleversements environnementaux et socioéconomiques dans le Grand Nord canadien ont rendu les aliments traditionnels plus coûteux et plus difficiles à récolter menaçant la sécurité alimentaire des habitants. Le manque d’accès à la nourriture traditionnelle a des conséquences sur la culture, les traditions et les relations sociales des Inuit.

Le Canada contribue à la crise climatique, qui touche durement les peuples autochtones vivant de la chasse et de la pêche, indique un nouveau rapport de Human Rights Watch. (Andy Clark/Reuters)

Le projet Niqihaqut a été proposé pour répondre aux enjeux de l’insécurité alimentaire et du chômage, tout en faisant la promotion des traditions culturelles. Pour le Fonds mondial pour la nature (WWF) qui soutient ce projet auprès des instances politiques du pays, cette initiative fournira une « alternative économique au développement industriel. »

L’organisme donne en exemple l’extraction de minerai, qui menace, selon lui, les aires de mise bas du caribou et de l’ours polaire et les habitats estivaux des baleines de la banquise comme le narval, le béluga et la baleine boréale.

« Ce projet tombe à pic, dans le contexte du conflit entourant l’agrandissement de la mine Mary River sur l’île de Baffin, où les Inuit font déjà les frais des impacts des activités minières et de la navigation sur leurs ressources alimentaires », indique le WWF.

Sur le terrain, le projet Niqihaqut inclura une récolte durable et surveillée et une installation de coupe et d’emballage pour collecter, préparer et distribuer la nourriture à la communauté. Notons que ce nouveau modèle d’économie sociale et de souveraineté alimentaire est ancré dans la protection d’Aviqtuuq, une aire protégée et de conservation inuite de 90 000 km2.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *