Dans le Grand Nord canadien, le Yukon prévoit des crues élevées après des précipitations record cet hiver

La tempête de neige de novembre dernier a établi un record de précipitation et a participé à l’établissement du manteau neigeux par la suite. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
L’analyse des conditions d’enneigement actuelles laisse penser que de nombreuses régions du Yukon connaîtront des niveaux d’eau plus élevés que la moyenne dans les semaines et mois qui viennent.

Le Yukon a connu un hiver record et ses répercussions pourraient aussi se faire ressentir au printemps.

Dans le premier de ses trois rapports annuels, le « Yukon Snow Survey Bulletin and Water Supply », le gouvernement fournit un résumé des conditions météorologiques hivernales et les conditions d’écoulement fluvial pour le Yukon, ainsi que l’épaisseur actuelle de la neige.

La région de Whitehorse a connu « 200 % de précipitations en plus pour les mois de novembre et décembre, 50 % en janvier et près de 300 % en février », explique Holly Goulding, l’hydrologue principale pour le ministère de l’Environnement.

« Pour la période qui s’étend de novembre à février, cette année a été la plus humide depuis le début de la prise de mesure en 1942. »Holly Goulding, hydrologue principale, gouvernement du Yukon

L’hydrologue précise que si parfois il y a des fontes durant l’hiver ça n’a pas été le cas cette année, ce qui explique les constatations et les prévisions qui en découlent.

« Le débit fluvial est supérieur à la moyenne pour cette période de l’année dans de nombreuses rivières du territoire », indique le rapport.

« Le fait que le manteau neigeux soit plus élevé que le niveau médian dans de nombreux bassins versants du territoire augmente la probabilité de crues printanières élevées et que le niveau des lacs soit plus élevé que la moyenne cet été. »

« Ce manteau neigeux est une pièce du casse-tête, au même titre que la pluie dans les mois à venir, et, pour les systèmes glaciaires, la température qui déterminera à quel point les glaciers vont fondre. »Holly Goulding, hydrologue principale, gouvernement du Yukon

La fonte à venir risque donc d’entraîner des crues plus élevées, mais tout dépendra de la météo dans les semaines et mois à venir selon Holly Goulding.

« Pour les secteurs qui dépendent des crues printanières, le point culminant de la crue devrait être en mai ou au début de juin », dit-elle.

« Pour les lacs du sud, le lac Marsh, le lac Tagish, ou le lac Bennet, qui dépendent de la fonte des glaciers, ce point culminant de la crue sera plus tardif et dépendra des précipitations du printemps et des températures qui feront plus ou moins fondre les glaciers. »

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *