Au Canada, l’Arctique est le grand absent des élections fédérales, regrette un politologue

L’année 2021 marquera l’une des plus grandes années de fonte des glaces au Groenland dans l’histoire connue. (Mario Tama/Getty Images)
Dans une lettre ouverte publiée dans des médias québécois, le politologue Benoit Lapierre dénonce le désintérêt du Canada envers l’Arctique qui compose pourtant une grande partie de son territoire. En pleines élections fédérales, les enjeux stratégiques de la région sont d’ailleurs loin d’être une priorité pour la plupart des formations politiques.

Il tire d’emblée un constat accablant pour le Canada. Alors que les autres pays avancent leurs pions pour assurer leur présence dans l’Arctique « encore largement inoccupée », le pays regarde ailleurs.

« Avec la fonte des glaces, l’Arctique devient plus accessible d’année en année et commence à libérer son potentiel : nouvelles routes maritimes, exploitations pétrolières et gazières, zones de pêche, nouvelles terres habitables, voire cultivables. Le Nord regorge de perspectives », rappelle le politologue.

« Toutefois, le Canada n’est pas seul dans cette course. Les États-Unis, le Danemark, la Norvège et spécialement la Russie lorgnent aussi les possibilités de développement dans la région. »Benoit Lapierre, politologue

M. Lapierre énumère les « maigres » priorités des partis politiques en la matière. Il indique que le programme électoral du Parti libéral du Canada n’est accompagné d’aucun investissement exclusif. À ce titre, il note que les questions concernant l’Arctique n’occupent qu’un paragraphe de quelques lignes.

La formation libérale propose de moderniser le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) par le déploiement de « nouvelles solutions technologiques pour améliorer la surveillance et le contrôle », écrit-il.

Pour le Nouveau Parti démocratique, les « vagues mentions » de l’Arctique se résument à respecter l’autodétermination inuit et à épauler les communautés en déployant l’Internet à haute vitesse dans la région. Un programme similaire aux verts, précise-t-il, qui passe par la « sécurité énergétique et l’accès aux services ainsi qu’à combattre l’insécurité alimentaire par le redéploiement du programme Nutrition Nord ».

Sur cette photo publiée par le ministère de la Défense russe, on aperçoit des parachutistes se déployant dans des conditions hivernales. (Photo : Radio-Canada/ministère de la Défense de la Russie)

Même si M. Lapierre met en lumière les propositions « dérisoires » de ces partis politiques, il signale l’absence totale de la question arctique chez d’autres formations, notamment le Bloc québécois et le Parti populaire. « [Le premier] ne mentionne le développement du Nord québécois nulle part, [et le second] n’offre rien à se mettre sous la dent sur cet enjeu », observe-t-il.

« Bien que notre souveraineté dans l’Arctique puisse sembler secondaire par rapport à d’autres enjeux de campagne, celui-ci est on ne peut plus d’actualité. De leur côté, les Russes déploient des moyens considérables du point de vue technologique, militaire ou diplomatique pour assurer leur présence dans la région. »Benoit Lapierre, politologue

C’est finalement du côté des conservateurs qu’il faut voir un programme qui offre « plus qu’un bricolage de mesures », poursuit le politologue. Il explique que le Parti conservateur propose un « plan clair, précis, structuré et structurant ».

Le chef conservateur promet ainsi une multitude d’actions aussi bien militaires que civiles comme la construction d’installations navales, la réalisation d’un projet routier afin de relier le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest, l’augmentation de la présence militaire dans la région ou le lancement de satellite de surveillance.

Il reste que le dossier de l’Arctique presque absent durant la campagne électorale est d’autant plus inquiétant pour M. Lapierre que son contrôle se joue maintenant. « Si nos dirigeants ne prennent pas rapidement conscience de son importance stratégique, le Canada risque de perdre cette course avant même d’y avoir participé », conclut-il.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Une réflexion sur “Au Canada, l’Arctique est le grand absent des élections fédérales, regrette un politologue

  • dimanche 19 septembre 2021 à 16:55
    Permalien

    Heureux que ma lettre ait pu relancer un peu le débat sur la place de l’Arctique dans la politique canadienne.

    Répondre
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.