Le ministre suédois de l’Environnement préside les discussions financières à Milan avant la COP26

Per Bolund, le ministre suédois de l’Environnement et du Climat (photo d’archives/David Common/CBC).

Le ministre suédois de l’Environnement et du Climat, Per Bolund, préside à Milan les travaux du volet financier avant la COP26. Ils ont commencé le 28 septembre et  prendront fin samedi.

Cette rencontre ministérielle est organisée pour préparer la COP26, la conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Glasgow, en Écosse, du 31 octobre au 12 novembre.

Et ce n’est pas par hasard que Per Bolund a été choisi pour cette mission. Il a dirigé le ministère suédois des Marchés financiers entre octobre 2014 et février 2021, date à laquelle le premier ministre Stefan Löfven lui a confié les rênes du ministère de l’Environnement.

Je suis heureux d’avoir été chargé de diriger les discussions sur le financement de l’action climatique et j’ai hâte de faire avancer le travail avec mes collègues. Mon objectif est que le résultat des discussions aide le Royaume-Uni à réussir la COP26 à Glasgow.Per Bolund, ministre suédois de l’Environnement et du Climat

Il a rappelé que l’enjeu du financement de l’action climatique est récurrent dans les négociations internationales sur le climat.

« Dans la perspective de la COP26, l’objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an de 2020 à 2025 est au centre des préoccupations », selon le gouvernement suédois.

C’est lors de la COP15 à Copenhague qu’a été fixé l’objectif de 100 milliards.

« L’OCDE, qui effectue une évaluation annuelle des progrès accomplis vers l’objectif, rapporte qu’en 2019, les donateurs avaient fourni environ 79 milliards de dollars », rappelle la même source.

À Glasgow, les discussions vont porter sur les objectifs financiers pour l’après-2025.

Avec les informations du gouvernement de Suède

Samir Bendjafer, Regard sur l'Arctique

Samir Bendjafer est détenteur d'un bacalauréat en informatique de l'Université de Bab Ezzouar (Alger) et d'un diplôme en journalisme de l'Université de Montréal. En 1997, il entame sa carrière de journaliste en Algérie en pleine révolution internet dans les journaux , avant le passage au journalisme 2.0 et les médias sociaux. A partir de 2005, Il a travaillé comme correspondant de presse basé à Montréal tout en publiant régulièrement dans les médias locaux montréalais. Sa curiosité et son penchant naturel à aller au-delà des apparences sont à la base de sa passion pour le journalisme.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.