Dans le Grand Nord canadien, les Territoires du Nord-Ouest demandent d’investir dans la réduction des émissions

Paysage d’hiver aux Territoires du Nord-Ouest. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest croit qu’il faudra plus d’investissements du gouvernement fédéral pour atteindre les cibles de réduction de gaz à effet de serre, du moins, en fonction des nouvelles cibles annoncées par Ottawa.

Si le gouvernement territorial vise la réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 2005, le fédéral a annoncé, au printemps dernier, vouloir atteindre une réduction de 40 % à 45 % des émissions d’ici 2030, et atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Lors d’une mise à jour sur les avancées des Territoires du Nord-Ouest en matière de lutte contre les changements climatiques, mardi, le ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles Shane Thompson a souligné que son gouvernement est en bonne voie d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés.

Il a toutefois ajouté que certaines discussions devraient avoir lieu avec Ottawa.

Shane Thompson est ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« Nous sommes sûrs que nous serons capables d’atteindre [notre objectif]. Il y a certaines choses sur lesquelles nous devons travailler avec le gouvernement fédéral. Le fédéral nous a lancé une surprise, en quelque sorte, avec leur engagement dans leur déclaration lors de la COP26. »Shane Thompson, ministre de l'Environnement et des Ressources naturelles

Le ministre a vite ajouté qu’une rencontre en la matière avec ses homologues des provinces, des territoires et du fédéral est prévue lundi.

Épaulant son collègue, la ministre territoriale des Finances, Caroline Wawzonek, a réitéré que son gouvernement arrivera à atteindre les cibles qu’il s’est fixées d’ici la fin du plan d’action actuel, soit en 2023.

La ministre des Finances des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Wawzonek. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« On va trouver les moyens de réduire les émissions [en fonction du] plan. On a peut-être des choses qu’on doit encore changer [alors que] le gouvernement fédéral vient de changer son plan, mais on va adapter notre plan. »Caroline Wawzonek, ministre des Finances des Territoires du Nord-Ouest

Citant en exemple son propre ministère, Mme Wawzonek affirme qu’il est possible que son gouvernement doive « mettre [sa] propre taxation », mais qu’il sera possible de le faire « sans problème ».

La taxe carbone des Territoires du Nord-Ouest, l’une des mesures phare du plan d’action, est passée de 20 $ la tonne d’émissions de gaz à effet de serre en 2019, à 40 $, l’été dernier, puis à 50 $ en 2022.

La taxe ne s’applique toutefois pas au carburant d’aviation ou aux achats de certains conseils de bandes. Une série de crédits d’impôt sont par ailleurs en place pour prévenir un impact économique néfaste pour les grands émetteurs des minières et pétrolières sur le territoire, notamment.

La ministre de l’Infrastructure, Diane Archie, a affirmé qu’en 2019, les émissions de gaz à effet de serre du territoire étaient déjà 16 % en deçà des niveaux de 2005.

Diane Archie est ministre de l’Infrastructure des Territoires du Nord-Ouest. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« Le gouvernement des T.N.-O. a fait des progrès en la matière en 2020-2021. [Nous] avons investi 38 millions de dollars pour soutenir cette stratégie énergétique […] Et le prochain plan d’action aura d’autres initiatives pour réduire encore davantage nos émissions. »Diane Archie, ministre de l'Infrastructure

Le plan d’action actuel doit prendre fin en 2023 pour laisser la place à un autre déjà en développement.

La ministre de l’Infrastructure rappelle également que certains projets d’envergure, comme le Projet d’agrandissement de la centrale de la rivière Taltson, ne sont pas inclus dans ces projections.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.