Route des glaces et chaîne YouTube à succès, portrait d’un camionneur français au Canada

Désormais installé à son compte, le chauffeur partage son quotidien sur sa chaîne YouTube, « Chauffeur français au Canada – Parabreizh », suivie par plus de 30 000 abonnés. (Photo de SB)

De témoignages inspirants en passant par les émissions de télévision, les routes nord-américaines fascinent les chauffeurs routiers. Nombreux sont ceux qui se laissent tenter par l’aventure canadienne. C’est le cas de Sébastien Boileau, un camionneur français installé au Canada qui parcourt ces routes depuis 2016.

« Les routes de glace, c’est une fascination, un challenge », lance-t-il. Et des sentiers atypiques, Sébastien Boileau en a connu de nombreux. Durant sa carrière, le chauffeur a arpenté pas moins d’une quarantaine de pays en Europe, dont le nord de la Russie, et a franchi à deux reprises le cercle polaire.

Malgré tous ces défis, traverser une route glacée faisait partie de ses objectifs. « Dans la vie, je suis comme ça, il faut toujours que j’aille au-delà de ce que je peux faire et je ne pouvais passer à côté d’un lac gelé », confie-t-il.

Il se rend donc en Ontario, à Red Lake, pour traverser cette route mythique. « À cette période, elle n’était pas ouverte aux camions, j’ai donc demandé l’autorisation aux autorités locales et à la police. Je leur ai aussi demandé si c’était dangereux de rouler et ils m’ont répondu qu’il y avait tout de même 30 mètres de vide en dessous de la glace », se souvient-il avec précision.

Son rêve réalisé et immortalisé en photographie, ce conducteur aguerri compare son expérience personnelle avec les émissions de télévision consacrées à ces routes de l’extrême. « Ce que l’on voit dans ces émissions, c’est beaucoup de vents. C’est l’administration qui décide si tu peux ou non aller sur cette route de glace, il y a des carottages réalisés plusieurs fois par jour, une vitesse réglementée et limitée. Le risque zéro n’existe pas, mais il est vraiment réduit », décrit celui qui pointe l’aspect sensationnaliste des reportages télévisés à l’image de l’émission Le convoi de l’extrême : l’enfer du Grand Nord.

Sébastien Boileau se remémore son parcours professionnel au Canada. « Dans la même semaine, j’ai eu trois propositions d’emploi et j’ai choisi celle qui me paraissait la plus intéressante. Qu’est-ce que j’ai bien fait! » (Photo courtoisie SB)
Plus de 30 000 abonnés après le lancement de son entreprise

Riche de ses multiples expériences, Sébastien Boileau décide par hasard de raconter ses voyages dans des vidéos publiées sur sa chaîne YouTube Chauffeur français au Canada – Parabreizh. « C’est ce qui plaît dans mes vidéos, je traverse le Canada et les États-Unis. » De quelques abonnés à plus de 30 000 passionnés, le chauffeur venu de l’Hexagone échange avec sa communauté et parvient à incarner le modèle accompli de l’immigration française au Canada. « Je me suis dit que si ça pouvait aider, je pouvais aussi expliquer les modalités pour devenir chauffeur au Canada, comment faire un C. V. avec les bonnes normes et éviter à des confrères de faire les mêmes erreurs que moi. »

D’ailleurs, Sébastien Boileau souhaite réitérer l’expérience et, si l’occasion se présente, traverser la route des glaces de Dettah sur le Grand Lac des Esclaves, l’un des plus grands et plus profonds lacs situés aux Territoires du Nord-Ouest. Avec une nouveauté, soit faire cette traversée avec son propre camion acquis lors de la création de son entreprise SBT inc. « J’aime les longs voyages et je dis toujours à mes clients que s’il y a un voyage plus complexe où personne ne veut aller, moi, j’irais, car j’adore ça », raconte ce passionné.

Marine Lobrieau, L'Aquilon

Pour d’autres nouvelles sur le Nord du Canada, visitez le site de L’Aquilon.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.