Une entreprise inuit remporte un contrat d’entretien du Système d’alerte du Nord canadien

Des radars du Système d’alerte du Nord sur la Terre de Baffin, au Nunavut. (Marc Godbout/Radio-Canada)

Le gouvernement du Canada a annoncé, en début de semaine, l’octroi d’un contrat d’exploitation et d’entretien du Système d’alerte du Nord (SAN) à l’entreprise inuit Nasittuq Corporation.

Ce système qui s’étend à travers l’Arctique « est une chaîne de stations radars qui assure la surveillance aérospatiale des approches nordiques du Canada et des États-Unis », selon les documents de présentations du ministère canadien de la Défense nationale.

Le gouvernement canadien a rappelé, dans un communiqué, que « les changements climatiques ont entraîné l’accroissement de la navigabilité dans l’Arctique pour tout un chacun et, en tant que solide partenaire du NORAD, il nous incombe de préserver et d’améliorer notre capacité de surveillance des activités dans le Nord canadien, laquelle nous permet de passer à l’action, s’il y a lieu ».

Ce contrat à long terme en matière de soutien en service du Système d’alerte du Nord se traduira par la création de bons emplois, de possibilités de perfectionnement des capacités et des compétences, ainsi que de bienfaits pour les collectivités inuit et du Nord dans toute la région du Nord et de l’Arctique du Canada, objectif clé du Cadre stratégique pour l’Arctique et le Nord. Par ailleurs, il reconnaît l’importance des connaissances traditionnelles des peuples autochtones et des contributions qu’ils apportent en travaillant dans cet environnement unique.Daniel Vandal, ministre des Affaires du Nord

Le contrat d’une valeur de 592 millions de dollars couvre une période de sept ans avec une option pour quatre périodes supplémentaires de deux ans chacune.

Si toutes ces options sont prises, sa valeur du total s’élèvera à 1,3 milliard.

Le contrat remporté par Nasittuq stipule que cette dernière prendra en charge « l’entretien préventif et correctif » du SAN.

Elle devra en plus s’assurer que « les données radars produites par le SAN soient toujours accessibles à l’appui des opérations du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD), du ministère de la Défense nationale du Canada et des Forces armées canadiennes ».

Nasittuq remplacera l’entreprise Raytheon Canada qui assurait les mêmes services

Une période de transition est prévue. Elle s’étendra du 1er avril au 30 septembre.

Le Système d’alerte du Nord a été construit entre 1986 et 1992. Il est constitué de 50 sites radars de défense aérienne à longue et à courte portée dont 47 se trouvent dans le Nord canadien.

Ils sont situés dans trois régions inuit représentées par la Société régionale inuvialuite, Nunavut Tunngavik Incorporated et par le gouvernement du Nunatsiavut.

Avec les informations du gouvernement du Canada

Samir Bendjafer, Regard sur l'Arctique

Samir Bendjafer est détenteur d'un bacalauréat en informatique de l'Université de Bab Ezzouar (Alger) et d'un diplôme en journalisme de l'Université de Montréal. En 1997, il entame sa carrière de journaliste en Algérie en pleine révolution internet dans les journaux , avant le passage au journalisme 2.0 et les médias sociaux. A partir de 2005, Il a travaillé comme correspondant de presse basé à Montréal tout en publiant régulièrement dans les médias locaux montréalais. Sa curiosité et son penchant naturel à aller au-delà des apparences sont à la base de sa passion pour le journalisme.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.