Les observations satellites révèlent que la glace de mer arctique s’amincit à un rythme « effrayant »

En deux décennies seulement, l’Arctique a perdu environ un tiers de son volume de glace de mer hivernale, selon une nouvelle étude. (Stefan Hendricks/Alfred Wegener Institute)
En deux décennies seulement, l’Arctique a perdu environ un tiers de son volume de glace de mer hivernale, selon une nouvelle étude. Les experts font également remarquer que la glace de mer est probablement plus mince que les estimations antérieures.

L’étude en question, publiée récemment dans la revue Geophysical Research Letters, indique que la glace de mer saisonnière, qui fond complètement chaque été au lieu de s’accumuler pendant des années, remplace la glace plus épaisse.

L’épaisseur de la neige sur la glace de mer arctique est estimée, pour la première fois, à partir d’une combinaison de données de deux satellites, ICESat-2 et ryoSat-2. En utilisant ces estimations de l’épaisseur de la neige et la hauteur de la glace de mer exposée au-dessus de l’eau, les scientifiques ont pu constater que la glace de mer arctique dite « pluriannuelle » a perdu au cours des trois dernières années près de 16 % de son volume hivernal, soit environ un demi-mètre d’épaisseur.

« Nous ne nous attendions pas vraiment à voir que la glace soit devenue aussi mince en trois ans seulement », a déclaré l’auteure principale de l’étude, Sahra Kacimi, spécialiste des questions polaires à l’Université California Institute of Technology.

Les scientifiques estiment l’épaisseur de la glace de mer par satellite en se basant sur l’épaisseur de la neige et la hauteur de la glace flottante au-dessus de la surface de la mer. Les experts rappellent que la neige peut alourdir la glace et modifier la façon dont elle flotte dans l’océan.

Robbie Mallett, experte des glaces polaires à l’University College de Londres, a précisé que les résultats de l’étude demeuraient une mise à jour très utile pour la communauté scientifique. « C’est la première fois que quelqu’un dispose de plusieurs années de données sur la différence entre les données lidar et radar pour la profondeur de la neige. »

C’est de la glace vraiment ancienne que nous perdons à un rythme effrayant.Robbie Mallett, experte des glaces polaires à l'University College de Londres

L’étude a comparé l’épaisseur de la glace à l’aide des nouvelles profondeurs de neige obtenues par radar satellite aux précédentes estimations de l’épaisseur de la glace et de la profondeur de la neige provenant des enregistrements climatiques. Les chercheurs ont alors constaté que l’utilisation d’estimations de l’épaisseur de la neige basées sur la climatologie peut entraîner une surestimation de l’épaisseur de la glace de mer pouvant atteindre 20 %, soit jusqu’à 0,2 mètre.

« L’épaisseur de la neige, l’épaisseur et le volume de la glace de mer dans l’Arctique sont trois mesures très difficiles à obtenir », a expliqué Ron Kwok, co-auteur de l’étude et spécialiste des questions polaires à l’Université de Washington, qui a cosigné la nouvelle étude.

« Ce que je retiens surtout, dit M. Kwok. C’est la perte remarquable du volume de la glace de mer hivernale de l’Arctique – un tiers du volume de la glace hivernale perdu en seulement 18 ans – qui s’est accompagné d’une perte largement signalée de la vieille glace de mer épaisse de l’Arctique et d’un déclin de l’étendue de la glace en fin d’été. »

De plus, les données recueillies sur 18 ans montrent une perte d’environ 6000 kilomètres cubes de volume de glace hivernale, principalement due au passage d’une glace de mer saisonnière plus fine.

« Les modèles actuels prévoient que, d’ici le milieu du siècle, nous pouvons nous attendre à des étés sans glace dans l’Arctique, lorsque la vieille glace, suffisamment épaisse pour survivre à la saison de fonte, aura totalement disparu », a conclu la spécialiste Sarah Kacimi.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.