Une étude révèle des changements rapides du plancher océanique de l’Arctique lors du dégel du pergélisol

La mer de Barents s’éloigne du climat arctique en raison du réchauffement. (iStock)
Une expédition scientifique menée par des chercheurs du Monterey Bay Aquarium Research Institute (MBARI) dans la mer de Beaufort a pour la première fois réussi à documenter la façon dont le dégel du pergélisol, immergé au bord de l’océan Arctique, affecte les fonds marins.

Dans le passé, un certain nombre d’observations ont déjà montré que le dégel du pergélisol crée des terrains instables qui ont un impact négatif sur les infrastructures importantes de l’Arctique, comme les routes, les voies ferrées, les bâtiments et les aéroports.

En utilisant une technologie avancée de cartographie sous-marine, les chercheurs du MBARI, en collaboration avec la Garde côtière canadienne et l’Institut coréen de recherche polaire, ont révélé que des changements « dramatiques » se produisent au niveau du fond de la mer à la suite du dégel du pergélisol. On apprend que dans certaines zones, de profondes « dolines » se sont formées, certaines étant plus grandes qu’un pâté de maisons de six étages.

« Cette recherche révolutionnaire a révélé comment le dégel du pergélisol sous-marin peut être détecté, puis surveillé une fois les lignes de base établies », déclare Charlie Paull, géologue au MBARI et l’un des principaux auteurs de l’étude.

Avec la participation de la Commission géologique du Canada et le ministère Pêches et Océans Canada

L’étude, publiée récemment dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, mentionne que, dans d’autres régions, des collines remplies de glace, appelées « pingos », se sont également élevées du fond de la mer. « Nous savons que de grands changements se produisent dans le paysage arctique, mais c’est la première fois que nous avons pu déployer une technologie permettant de voir que des changements se produisent également au large », indique M. Paull.

Alors que la dégradation du pergélisol arctique terrestre est attribuée en partie à l’augmentation de la température annuelle moyenne due à la crise climatique, les changements que l’équipe de recherche a documentés sur le plancher océanique découlent de changements climatiques beaucoup plus anciens et plus lents liés à notre sortie de la dernière période glaciaire.

« Des changements similaires semblent se produire le long de la bordure maritime de l’ancien pergélisol depuis des milliers d’années », notent les experts.

Le géologue précise qu’il n’existe pas beaucoup de données à long terme sur la température du plancher océanique dans cette région. « Les changements de terrain du plancher océanique sont plutôt dus à la chaleur transportée par les systèmes d’eau souterraine qui se déplacent lentement », dit-il.

Ismaël Houdassine, Regard sur l'Arctique

Ismaël Houdassine est diplômé en journalisme de l’Université de Montréal. Il commence sa carrière comme reporter et journaliste culturel. Avant de rejoindre l’équipe de Radio-Canada, il a collaboré durant plusieurs années pour plusieurs médias, notamment l’Agence QMI et Le HuffPost.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.