Un Yukonnais condamné pour avoir chassé des wapitis illégalement dans le Grand Nord canadien

Un Yukonnais a chassé des wapitis dans des zones interdites en 2020 et 2021 et a prétendu qu’il les avait tués dans une zone autorisée. (Sue Thomas)
Un Yukonnais s’est vu interdire de chasser pendant les huit prochaines années et a reçu une amende de 11 000 $ pour avoir tué des wapitis dans une zone interdite et avoir fait de fausses déclarations à ce sujet deux ans d’affilée.

Le 25 mars, Marc Meyer a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de chasse aux wapitis dans une zone où la pratique est interdite et à une accusation concernant de fausses déclarations ou des déclarations trompeuses. Ces offenses s’inscrivent dans le cadre de la Loi sur la faune territoriale.

Selon un exposé conjoint des faits soumis à la cour, Marc Meyer possédait, en 2020 et 2021, un permis qui l’autorisait à chasser le wapiti dans la zone d’exclusion, une vaste zone située dans le sud du Yukon qui encercle les zones centrale et tampon où résident pratiquement tous les wapitis du territoire.

La chasse à l’animal est interdite dans la zone centrale, alors que pour la zone tampon, il faut posséder un permis spécial.

Marc Meyer a cependant, et en toute connaissance de cause, chassé des wapitis le 30 septembre 2020 et le 11 octobre 2021 dans la zone centrale, près de la route Kusawa Lake.

Alors que les chasseurs de wapitis doivent soumettre un rapport écrit dès qu’ils tuent un animal, ce dernier a menti dans ses déclarations les deux années, affirmant qu’il avait tué les spécimens dans la zone d’exclusion.

En 2021, il a aussi recréé une scène de chasse pour tenter de dissimuler son acte illégal, en transportant la carcasse de l’animal à 50 kilomètres à l’ouest, dans la zone d’exclusion. Après une enquête, les agents de la conservation ont conclu qu’il s’agissait d’un mensonge et que le wapiti avait été abattu dans la zone centrale.

Marc Meyer a fini par reconnaître son mensonge et a également reconnu qu’il avait tué un autre wapiti illégalement en 2020. Il a aussi fait savoir qu’après avoir tué un orignal de façon légale en octobre 2019, il ne l’a pas indiqué aux agents de la conservation dans le délai obligatoire (72 heures).

Regrets exprimés par le chasseur

Le procureur territorial David McWhinnie et l’avocat de la défense, Luke Faught, ont présenté au juge Peter Chisolm une soumission conjointe pour la détermination de la peine, demandant notamment une amende de 3500 $ pour chaque chef d’accusation de chasse dans une zone non autorisée et une amende de 4000 $ pour avoir menti dans les rapports écrits.

Maître Faught affirme que son client n’a pas objecté au verdict, notant qu’il avait déjà dû faire face à une « série de conséquences embarrassantes » et de revers professionnels.

Lors de l’audience, Marc Meyer a fait savoir qu’il regrettait profondément ses actions.

« Les mots ne peuvent pas décrire à quel point je suis bouleversé et en colère contre moi-même pour ce que j’ai fait », a-t-il admis, ajoutant qu’il avait gâché sa carrière et ruiné des amitiés.

« J’ai tout ce qui m’arrive, je le mérite. »

Le juge a accepté la soumission conjointe, notant que si Marc Meyer était plein de remords et avait « appris sa leçon », il fallait tout de même envoyer un message dissuasif aux autres chasseurs qui pourraient envisager d’enfreindre la loi.

Le coupable doit payer une amende totale de 11 000 $ auxquels s’ajoutent 1100 $ de suramende compensatoire. Il lui est également interdit de chasser pendant huit ans, y compris d’accompagner d’autres personnes lors de l’activité.

Il doit également suivre le cours d’éducation et d’éthique de la chasse dispensé par le gouvernement du Yukon et renoncer à tous les éléments de preuve saisis par les agents de conservation au cours de leur enquête, à l’exception de sa camionnette, qui lui sera rendue une fois qu’il aura payé son amende.

Avec des informations de Jackie Hong

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.